Undercover : mon voisin de camping, ce producteur d’ecstasy

Déjà disponible sur myCANAL et repérée au festival CanneSeries, Undercover vient jouer des coudes avec brio. Une série tendue, maîtrisée de bout en bout. La Belgique, nouveau vivier sériel ?

Des tronches, des échanges musclés, des balles qui pleuvent, des meurtres à la pelle, Undercover sent bon la poudre à canon. Et au moment des présentations, c’est plutôt un petit paradis qui nous est présenté : Limbourg, en région flamande. La plus grande région fruitière d’Europe occidentale, véritable paradis naturel pour les amoureux de vélo et promenade, cache derrière elle une face bien plus sombre : le commerce d’ecstasy. Lieu où trône en patron Ferry Bouman (Frank Lammers), LE producteur du coin. Pour stopper le manège, la police fait appel à Bob (Tom Waes) et Kim (Anna Drijver), deux flics parés à infiltrer le réseau de Bouman. 

Mission délicate pour une mise en scène soignée 

Bob et Kim deviennent Peter et Anouk, deux agents sous couverture lancés dans la gueule du loup. Ferry est le roi du camping, d’où la cocasserie de la situation. Mais pas de quoi rire, c’est bien de trafic de drogue dont on parle. Proche de la réalité – l’histoire est tirée de faits réels -, le calme de Limbourg, la « Colombie de l’ecstasy », abrite une vraie souricière. Nico Moolenaar, le créateur, ne verse pas dans le clinquant, dans le tape-à-l’oeil, mais plutôt dans un savant mélange de retenue et de maîtrise. La mise en place des stratagèmes d’infiltration comme cette première prise de contact démontre tout le réalisme voulu par Moolenaar. Tout est minutieusement construit. Là où le danger ne semble pas guetter, dans un camping où le barbecue est roi, le fossoyeur Ferry Bouman veille au grain. Undercover se démarque grâce un réalisme du terrain qui fait mouche. Un récit tendu où le simple faux-pas vous envoie tout droit à la morgue. Faire tomber Ferry amène son lot de confiance et d’inconfiance. Derrière l’apparence plutôt joviale du bonhomme, une colère noire peut surgir en une fraction de seconde. 

Dans la belle continuité sérielle belge – La Trêve, par exemple -, Undercover s’avale d’une traite tant le rythme et la trame y sont précis. Belle empoignade, psychologique et physique, toujours sur le fil du rasoir. La tension y est palpable, l’imprévisibilité est de mise. Une seule et unique erreur est inenvisageable. Moolenaar, bien aidé par un bon travail derrière caméra signé Frank Devos et Eshref Reybrouck, développe une série réaliste, exigeante dans son rapport entre hors-la-loi et représentant de la loi. Un savoureux dosage entre humour et violence, tout en contrôle. Belle immersion, où les masques ne doivent jamais tomber. 

Casting : Frank Lammers, Tom Waes, Anna Drijver, Elise Schaap, Katrien De Ruysscher, Michael Pas

Fiche technique : Créée par : Nico Moolenaar / Chaîne : VRT et diffusion sur Canal+ / Format : 10 épisodes – 50 min