Sur Netflix, c’est Noël avant l’heure… ou pas!

Il est venu le temps de l’année où les films et autres séries de Noël envahissent les grilles tv. Netflix ne fait pas exception et balance depuis quelques semaines des programmes de fin d’année à la pelle. Afin de juger de la qualité de ces contenus fraîchement débarqués, nous nous sommes plongés dans cette orgie de guirlandes lumineuses et sapins multicolores produite par la plateforme au logo rouge. Nous avons pêché 4 programmes et le moins que l’on puisse dire c’est que Noël n’a pas encore sonné…

Flocons d’amour (2019)

Une tempête de neige, des routes impraticables, des trains à l’arrêt au milieu de nulle part. Il n’en fallait pas plus pour créer des relations à la fois logiques et improbables au sein d’une bande de lycéens. Entre amitiés et amours naissantes, dans le chaos des giboulées de décembre, les jeunes gens font face à des situations qu’ils n’auraient jamais imaginées.

Flocons d’amour, c’est le Love Actually version ados. Dans ce patchwork d’existences et de destins entrecroisés, il y a Tobin et Angie, meilleurs potes depuis toujours, dont le premier est secrètement amoureux de la deuxième. Julie et Stuart, elle, fille dévouée à sa mère malade, lui pop star rencontré dans un train. Ou encore Dorrie, la bonne copine homosexuelle qui se fait balader par celle pour qui elle a craqué. En bref, un joli foutoir sentimental pour ces jeunes adultes qui ne savent pas vraiment ce qu’ils font ni où ils vont. Si Love Actually réussissait le pari de faire à la fois rire et pleurer grâce à des personnages touchants, Flocons d’amour, lui, brille par son scénario convenu et prévisible. Et pour rythmer cette rom-com des plus plates et classiques, Kiernan Shipka, Isabela Merced, Shameik Moore, Odeya Rush ou encore Mitchell Hope garnissent les rangs de ce jeune casting. Réalisé par Luke Snellin, le film est sorti le 8 novembre et ne soulèvera pas les foules. On remerciera au passage les traducteurs français pour ce titre d’une niaiserie sans nom.

Un safari pour Noël (2019)

On change de décor. Après la tempête de neige au pays de l’Oncle Sam, direction les plaines sauvages d’Afrique. Kate (Kristin Davis), une mère au foyer aisée de New York s’apprête à passer un Noël un peu différent des précédents. Larguée par son mari, elle décide malgré tout de se rendre en Afrique, là où elle aurait dû passer un séjour romantique avec son ingrat d’époux. Fraîchement débarquée de la Grosse Pomme, elle rencontre Derek (Rob Lowe), le cowboy du coin et accessoirement guide de safari. Kate embarque donc pour une expédition en pleine savane où elle va croiser la route d’un bébé éléphant en détresse. Tombée amoureuse de l’endroit, des gens et des éléphants, elle décide de prolonger son séjour.

Qu’on se le dise, la niaiserie atteint des sommets dans Un Safari pour Noël. Du niveau proche du néant des téléfilms qu’on nous sert les dimanches après-midis, ce film réalisé par Ernie Barbarash n’a ni un semblant de scénario, ni un début d’idée d’histoire accrocheuse. Rob Lowe en mode Crocodile Dundee et l’ancienne acolyte de Carrie Bradshaw dans Sex And The City, Kristin Davis, en femme qui se découvre une passion vétérinaire après des années passées derrière ses luxueux fourneaux new-yorkais, forment un duo bien insipide. Une romance aussi ennuyeuse que fadasse que vous pourrez allègrement zapper.

L’alchimie de Noël (2019)

De Love Actually, on passe aux Visiteurs. Cette fois, Jacquouille a troqué son poncho de serviteur pour l’attirail d’un chevalier fringant tout droit venu du 13ème siècle. Après une mystérieuse rencontre avec une veille dame dans les bois non loin de son château, Sir Cole atterri au 21ème siècle, dans une petite bourgade américaine. Là, il rencontre Brooke, enseignante et pas surprise pour un sou par le comportement de cet énergumène sorti de nulle part. Elle l’accueille sous son toit sans se poser de question et va finalement et comme par magie tisser des liens avec ce nouveau locataire.

Sorti le 21 novembre, le film perpétue la digne tradition des comédies romantiques d’une stupidité affligeante où il ne se passe rien et durant lesquels le temps passe très long. Habituée des navets de ce type, Vanessa Hudgens, rendue célèbre grâce aux films High School Musical, n’a décidément pas l’intention de relever le niveau en interprétant des rôles un rien plus intéressants. Sans cohérence, vide de sens et dépourvu de dialogues dignes de ce nom, L’alchimie de Noël est au mieux un film de seconde zone sur lequel on s’arrête faute de mieux. Passez votre chemin si vous comptez passer un bon Noël. On vous aura prévenus !

Home for Christmas (2019)

Seule série dans cette sélection de Noël et seul programme européen aussi puisqu’il s’agit d’une série norvégienne, Home for Christmas raconte l’histoire de Johanne, jeune infirmière et célibataire de 30 ans. Son grand malheur : être celle qu’on ne sait jamais où placer à table car toujours toute seule. Passé un certain âge, le célibat devient une tare, en société ou en famille. Les conversations ne tournant plus qu’autour des enfants, les célibataires sont priés de ne pas avoir d’avis sur la question. Que peuvent-ils savoir de ces choses-là de toute façon ? Alors que Johanne tente de faire bonne figure lors d’un repas de famille, agacée et dans un élan de folie, elle annonce qu’elle est en couple. Sommée d’inviter son nouveau copain au repas de Noël qui a lieu dans 24 jours, Johanne va subir la rude loi du tic tac, le countdown pour trouver l’homme idéal.

Loin d’être d’une qualité irréprochable, Home for Christmas, créée par Per-Olav Sørensen, a au moins l’avantage de creuser un peu ses personnages et d’en ressortir quelques jolis portraits. De Johanne, fille sympa et bonne pâte interprétée par la très naturelle Ida Elise Broch, au petit ami de 15 ans son cadet, incarné par Felix Sandman et aperçu dans une autre production nordique du nom de Quicksand, en passant par la coloc farfelue qui n’est pas sans rappeler le coloc de Hugh Grant dans Notting Hill, la série disponible depuis le 5 décembre fait parfois preuve d’humour en traitant de l’éternel et inépuisable sujet du célibat. Célibataires ou pas, la série est à binge-watcher rien que pour les décors enneigés de Norvège.