Run : entre romance, road trip et thriller, que vaut la nouvelle série HBO ?

Ils avaient conclu un pacte à l’université, Billy et Ruby se retrouvent 17 ans plus tard pour une épopée hasardeuse dans un train à la destination inconnue. Nouvelle venue des productions HBO, Run raconte en 8 épisodes les retrouvailles tonitruantes de deux personnes jadis intimement liées. Portraits croisés d’une femme et d’un homme qui avancent à l’aveugle dans cette mini-série en forme de « train trip ».

« Run », c’est un nom de code, un pacte que Billy et Ruby ont scellé alors qu’ils n’étaient encore que deux étudiants. Ce pacte stipule que si l’un d’eux envoie par texto ce fameux mot et que l’autre répond par ce même mot, alors tous deux doivent tout lâcher sur le champ, se retrouver à la gare Grand Central de New York et embarquer dans un train pour traverser le pays ensemble. Abandonner leur vie, leur famille et travail pour se retrouver 17 ans plus tard, c’est précisément ce que Ruby fait après avoir reçu « Run » de la part de Billy. Assis côte à côte dans le train en direction d’on ne sait où, les anciens amants sa jaugent et se tournent autour. Ils ne sont plus étudiants, ils n’ont plus le même physique, les mêmes mais plus tout à fait. Chacun a mené son petit bonhomme de chemin. Et pourtant, ça ne respire pas le bonheur, d’un côté comme de l’autre. Le voyage vers l’inconnu, au sens propre comme au figuré, leur dévoilera qui ils sont devenus et lèvera le voile sur certains secrets.

Un mélange des genres savoureux

La bande-annonce n’avait pas menti, le mélange des genres est au rendez-vous. Run, c’est à la fois une série romantique, dramatique et comique. C’est aussi un road movie, ou plutôt un train movie, qui se transforme en film d’action et thriller. C’est une série de situations rocambolesques dans lesquelles les protagonistes s’engouffrent. Passer d’un genre à l’autre, du rire aux larmes, du comique au dramatique, c’est du Waller-Bridge tout craché ! Et pour cette production HBO, on en attendait pas moins de Phoebe Waller-Bridge, productrice exécutive de la série qui y tient un petit rôle, et rendue célèbre grâce à son personnage de Fleabag dans l’excellente série éponyme qu’elle a créée et écrite, ainsi que de la créatrice du show Vicky Jones, scénariste de Killing Eve. Les deux Britanniques sont de vieilles copines et collaborent depuis de nombreuses années, l’une ayant dirigé Fleabag, la pièce de théâtre, avant qu’elle ne devienne la fameuse série que l’on connaît.

Photo copyright : HBO

Si Run sent bon ce mélange des genres si caractéristique au style des deux Anglaises c’est qu’elle emprunte un humour fièrement inspiré de ses grandes soeurs, Fleabag en tête de gondole. Si, encore, Run fonctionne à ce point c’est que l’on a affaire à un duo d’acteurs dont l’alchimie est indéniable. Interprété par les très doués Meritt Wever (Unbelievable, Marriage Story, Nurse Jackie) et Domhnall Gleeson (Ex Machina, Brooklyn, Star Wars), le couple de fuyards s’attire et se repousse, se connaît mais doit encore tout découvrir l’un de l’autre, tout ça guidé par une attirance mutuelle qui ne fait pas débat. Deux acteurs en parfaite osmose pour deux personnages qui doivent se dévoiler au fur et à mesure de l’intrigue. Enfin, si Run marche comme sur des roulettes c’est que les épisodes, chacun d’une durée de 30 minutes et là encore format hérité de Fleabag, s’avalent d’une bouchée grâce à un rythme qui ne faiblit pas. Faite de rebondissements, d’une romance avérée en thriller surprenant, Run se consomme d’une traite. Une série qui vaut le détour !

La critique est basée sur les 5 premiers épisodes mis à notre disposition.

Casting : Meritt Wever, Domhnall Gleeson, Archie Panjabi, Tamara Podemski, Phoebe Waller-Bridge.

Fiche technique : Créée par : Vicky Jones / Chaîne : HBO / Format : 30 min – 8 épisodes / Genre : romance, comédie, thriller /Date de diffusion : 12 avril 2020 aux USA – en US+24, 13 avril 2020 sur OCS