La Famille Addams version 2019 tire la tronche

Personne n’a oublié la petite mélodie macabre accompagnée de ces fameux claquements de doigts. La plus morbide et sympathique des familles est de retour, en film d’animation cette fois. Les personnages imaginés par Charles Addams dans les années 30, empruntés par la télévision en 1964 pour une série, puis adaptés au cinéma en 1991 et 1993, reprennent du service sous la direction de Conrad Vernon et Greg Tiernan.

Gomez, Morticia et leurs deux enfants Mercredi et Pugsley coulent des jours heureux dans leur manoir haut perché sur une colline brumeuse du New Jersey. Paix et bonheur vite troublés par la venue de Margaux Needler, une designer d’intérieur et animatrice d’une émission de télé vivant à Assimilation, la ville voisine. Pour faire court, la demeure des Addams gâche la vue du nouveau concept immobilier que la star de télé promeut à coups de ballons et confettis. 50 habitations avec vue panoramique sur le lugubre manoir, il y a plus vendeur non ? La guerre entre les habitants d’Assimiliation et la famille Addams est désormais ouverte. Pendant ce temps, Mercredi, ado en crise, se rebelle en décidant d’intégrer le lycée de la ville pour découvrir le monde qui se cache au-delà du cimetière où elle sirote son thé. Quant à Pugsley, petit mouflet teigneux, il s’entraîne pour réussir le fameux rite de passage de la « mazurka », test qui fera de lui un vrai Addams. 

Photo copyright : Metro Goldwyn Mayer Pictures

Avec quelques références cinématographiques ici et là telles que Matrix, Spiderman ou Ça, une qualité d’animation correcte sans être époustouflante et quelques sourires sans se taper des barres, la mouture 2019 imaginée par Conrad Vernon et Greg Tiernan a mauvaise mine à côté des deux films réalisés par Barry Sonnenfeld dans les années 90. lLe duo Angelica Huston/Raúl Juliá, l’oncle Fétide incarné par Christopher Lloyd ou encore Christina Ricci en Mercredi Addams auront marqué les esprits. En tous cas assez pour être devenus des références. Une intrigue plutôt décevante sans grand intérêt ni rebondissements, un scénario qui manque désespérément de piquant, sacrifiant le cynisme propre aux Addams sur l’autel de la bien-pensance, La Famille Addams en film d’animation rate le coche et n’offre pas grand chose à se mettre sous la dent malgré quelques bons débuts d’idées.

Photo copyright : Metro Goldwyn Mayer Pictures

Donnant beaucoup d’importance à certains personnages, l’intrigue oublie d’exploiter certains protagonistes. C’est le cas pour la chose ou cousin Machin. Carrément laissés sur le banc de touche, ces derniers auraient amené un ton décalé à l’histoire, signe distinctif de la tribu Addams. Côté casting, on compte Oscar Isaac, Charlize Theron, Chloë Grace Moretz ou Finn Wolfhard parmi les voix anglophones. Bien moins glamour, le casting français doit se contenter de Kev Adams, Alessandra Sublet et Mélanie Bernier.

Si les fans de la première heure en attendent beaucoup, ils seront déçus. Le teint bien pâle à côté des films de Sonnenfled, La Famille Addams version film d’animation est aussi vite ingurgitée qu’oubliée. Malgré quelques bonnes idées, l’esprit Addams semble s’être perdu en chemin.

Fiche technique: Réalisé par : Conrad Vernon et Greg Tiernan / Date de sortie : 4 décembre 2019 / Genre : film d’animation / Durée : 87 min / Distributeur : Universal