La disparition de Maddie McCann : 8 épisodes d’immersion lugubre

L’affaire Maddie McCann a ébranlé le monde entier. Une petite fille de 3 ans, kidnappée et évanouie dans la nature, totalement introuvable, sans laisser le moindre indice. Netflix et la Paramount Televison s’associent pour une immersion dans un dossier considéré comme une « enquête phénomène », avec ses nombreux intervenants et ses retournements de situation. « Si on faisait une dizaine de films, personne n’y croirait », entend-on. Une parole choc, qui traduit l’ampleur de l’enquête. Un couple en vacances en Algarve, qui mange avec des amis, et voilà que leur vie bascule dans le tragique quand leur petite Maddie disparait sans laisser de trace. Le Portugal dépêche ses autorités et tout part à vau-l’eau. Une police et un chef un peu mous, convaincus de la culpabilité des parents. La recherche de la fillette vient en second plan. Des médias en furie et une opinion publique toujours plus acerbes envers Gerry et Kate. L’ambiance est pesante pour les deux parents, un rouleau compresseur émotionnel où la moindre bouée de sauvetage, la moindre aide est la bienvenue.

Allégations et contre-allégations

Un grand fouillis. Une aiguille dans une botte de foin, encore faut-il trouver la botte. Des indices distillés au compte-goutte, comme les témoignages d’une amie qui explique avoir entendu Kate crier comme un animal quand elle apprend la disparition de sa fille : « un son horrible qui vous dévaste l’âme. » Une extériorisation qui se transformera en intériorisation pour Kate. Peu aidé par le « shérif » Gonçalo Amaral, qui en profite pour publier un bouquin dans la foulée, le couple passe de victime à suspect. Une gestion du cas cauchemardesque de la police portugaise, considérablement écornée tout du long, passant pour des flemmards et des incompétents. L’évolution de la série documentaire déballe son lot d’indices, de pervers bizarres environnants au complexe hôtelier où résidait les McCann, à Praia da Luz, en passant par les menteurs toujours plus nombreux. Ce petit coin de paradis qu’est l’Algarve en prend pour son grade. Les gangs transitent souvent pour du trafic de drogue, loin des décors de carte postale et du confort d’une station balnéaire. Chris Smith, réalisateur du documentaire Fyre, met en avant les apparences trompeuses du Portugal, et dévoile les relations diplomatiques parfois compliquées entre les Britanniques et les Lusitaniens. Mais loin de dépeindre une crise diplomatique, Smith, à travers les nombreux témoignages et images d’archives, passe au scalpel une affaire complexe. 8 épisodes – de plus 50 minutes – fascinants, visitant les recoins sombres de la perversité humaine. Des comparaisons pleuvent autour de l’affaire Maddie, comme le meurtre de Holly et Jessica, ou encore le prétendu meurtre de Joana Cipriano.

Le spectre de la pédopornographie

Si dans un premier temps les théories des conspirationnistes déferlent sur la toile, prétextant la culpabilité totale de Kate et de Gerry, le cas de Maddie McCann nous plonge dans une toute autre réalité, bien plus sordide : la pédopornographie. Le spectre plane comme le vautour sur sa proie. À travers les témoignages d’un enquêteur d’une société de détectives privés en Espagne, le pire de la nature humaine est exploré. Alors que Gonçalo Amaral – surnommé Amaral Lecter par la presse britannique – s’appuyait sur des théories bancales, une autre face va éclabousser le dossier Maddie. Une chronologie toujours plus étrange, funeste, plus les épisodes s’empilent. L’arrivée des réseaux pédophiles fait froid dans le dos, avec pour terrain de jeu le dark web, où une bande de joyeux lurons s’adonnent à des transferts de photos d’enfants. Chris Smith nous emmène dans une enquête qui révèle une face toujours plus sombre d’une enquête presque mondiale. Un dédale labyrinthique où l’être humain devient mauvais, ou simplement inhumain. Le trafic d’êtres humains rôde et vous découvrez que Maddie est la pointe de l’iceberg trônant au-dessus d’un trou noir où traîne la vermine. Quelque chose vous hante, une sensation occulte. Les images d’archives, les reconstitutions, les entretiens, dont Anthony Summers et Robby Swan sont la pierre angulaire – auteurs de Looking for Madeleine -, nous rapportent qu’une partie de la population est nocive. Tout le monde le sait, mais la partie immergée de l’iceberg est bien plus massive qu’on ne l’aurait penser. À vous glacer le sang. Et Chris Smith dépoussière admirablement un mystère encore entier. À noter que les parents de Maddie ont refusé de participer au documentaire. Fiche technique : Réalisé par : Chris Smith / Date de sortie : 15 mars 2019 / Diffusion : Netflix / Format : 8 épisodes de 50 minutes