Search for content, post, videos

Cannes 2017 | You Were Never Really Here : Lynne Ramsay et Joaquin Phoenix au sommet

Lynne Ramsay avait exploré le sadisme d’un adolescent dans We Need To Talk About Kevin. Pour son nouveau métrage, la britannique nous présente Joe (Joaquin Phoenix), un vétéran sans pitié, confronté à ses traumatises d’enfance. Un homme de l’ombre appelé à partir à la recherche de la fille disparue d’un sénateur. Un monde politique gangréné par la corruption qui entrainera Joe dans une quête violente et sanglante.

Porté par Joaquin Phoenix, You Were Never Really Here est un concentré de violence où l’acteur est une machine à tuer, massif comme jamais. Contraste saisissant avec son rôle délicat et sensible dans Her et cette performance qu’on peut qualifier de musclée et stratosphérique. Comme spectral, le comédien est absorbant d’intransigeance dans sa manière d’aborder son personnage, de le camper presque de manière introspective.

Lynne Ramsay parfaite

En adaptant le roman éponyme de Jonathan Ames, Ramsay trouve un équilibre entre violence accrue et violence inutile. Aussi infime soit elle, cette frontière n’est jamais dépassée. Elle construit un récit sur un personnage profondément torturé. Entre ses voix – dans sa tête – incessantes et ses accès de violence, Joe est présenté par fragments et flashbacks qui nous situent ses traumatismes liés à son enfance. Les questions se posent autour d’un personnage aussi brutal. En laissant place à l’interprétation, on imagine les répercussions occasionnées par les actes d’un père violent. Des séquences d’immersion où Joe se met la tête dans un sac plastique, comme s’il cherchait à se sentir vivant.

Le montage hallucinant, une mise en scène qui se faufile astucieusement au gré des affrontements physiques, un conte lugubre qui s’extériorise par une force exacerbée qui transpire à grosses gouttes de sang. Lynne Ramsay se plonge dans la violence qui sommeille en l’être humain comme rarement. Étrange et mystérieux, You Were Never Really Here est une ode à la violence, au silence assourdissant qui amplifie cette sensation étrange d’être hanté par un flux de révolte mélangée à une rupture émotionnelle. Joe est morbide, sans pitié, imprévisible mais aussi seul. Un être vidé de toutes émotions, déjà anéanti par ses innombrables mésaventures vécues.

Un personnage aux séquelles physiques et psychiques

You Were Never Really Here, rien que par son titre, vous ramène au sens réel du métrage. Récit-chronique d’un être hanté par son passé, formaté par un monde violent. L’homme est sur la corde raide, proche de la rupture tout en essayant de garder un contrôle de tous les instants sur ses faiblesses. Une mélancolie qui s’écrit dans le sang et une rage qui laisse paraître une agressivité exacerbée. Le corps meurtri tout comme l’être, Joe est un fantôme qui erre, qui traîne un lourd passé…sans vraiment être là.

Casting : Joaquin Phoenix, Alessandro Nivola, Alex Manette, Ekaterina Samsonov

Fiche technique : Réalisé par : Lynne Ramsay / Date de sortie : – / Durée : 90min / Genres : Thriller, Drame / Scénario : Lynne Ramsay, Jonathan Ames / Musique : Jonny Greenwood / Distributeur suisse : –