Search for content, post, videos

Cannes 2017 | Wind River : un thriller glacial au message caché

La plume de Taylor Sheridan a fait mouche à maintes reprises. Le scénariste qui se cache derrière Sicario ou Comancheria est un homme de terrain qui affectionne les situations délicates. Présenté à Cannes l’an dernier, Comancheria traitait de deux frères décidés à braquer une compagnie bancaire qui leur soutirait de l’argent d’une hypothèque et ce illégalement. Sheridan se met du côté des opprimés du système avec un certain brio. C’est derrière la caméra qu’il revient sous le chaud soleil cannois, dans la section Un Certain Regard. Avec un casting alléchant (Jeremy Renner et Elizabeth Olsen), le texan de 46 ans nous emmène dans le froid du Wyoming. Une réserve indienne est le théâtre d’un meurtre mystérieux. Cory (Jeremy Renner) et une agent du FBI, Jane Banner (Elizabeth Olsen), vont mener l’enquête…

Photo copyright: Metropolitan FilmExport

L’immensité de la nature comme terrain de jeu

La neige, le froid, les montagnes vous enivrent par leur beauté saisissante. Mais les températures glaciales sont intraitables et Cory Lambert connaît ce degré de dangerosité. Un traqueur qui s’occupe de chasser des loups, de protéger des troupeaux. Vêtu à la manière de Mark Wahlberg dans Shooter, il est fortement lié à la communauté amérindienne. Son ex-femme en est originaire. Outre son attachement, l’homme est plongé dans un profond chagrin : sa fille est morte. Sous son chapeau de cow-boy, Cory est un solitaire spectateur d’une population amérindienne isolée qui se morfond dans la violence et la drogue.

Pour ses débuts, Taylor Sheridan part sur une mise en scène à bras-le-corps, sans ménagement. Dans cette partie du globe, l’Amérique profonde, les sentiments sont mis de côté et l’ambiance est aussi glaciale que les températures extrêmes. Le temps s’est arrêté à Wind River et s’enclenche avec cette sombre affaire. L’arrivée de Jane Banner sera bénéfique pour Cory, lui qui trouvera une oreille attentive et une coéquipière pour traquer une proie…

L’indifférence comme spectre

Thriller glacial, Wind River met en avant l’indifférence qui règne dans ce pays. Le meurtre de Natalie (Kelsey Asbille) affiche les ruptures morales qui en découlent dans un monde devenu trivial, sans autorité aucune. Car derrière ce meurtre se cache un message subliminal peut-être plus compliqué qu’il n’y paraît : dans ces réserves, ces disparitions sont légion. En tel milieu hostile, Sheridan démontre une hargne symbolisée par la force tranquille de Cory Lambert, campé avec justesse par Jeremy Renner. Wind River semble hors du temps, mort de l’intérieur, mais les pistes que Sheridan explore sont profondes et mélancoliques.

Une séquence montre Jane Banner éclater en sanglots en repensant à la mort atroce que Natalie a vécue, alors que l’ambiance était plutôt joyeuse. L’intention peut sembler larmoyante, mais l’instant reflète une prise de conscience des largesses que se permettent les autorités américaines. Sans artifices, Wind River force un peu le trait mais, derrière ses airs de thriller un peu facile, il délivre un message au sens profond, voire brutal.

Casting : Jeremy Renner, Elizabeth Olsen, Kelsey Asbille, Jon Bernthal, Julia Jones, Gil Birmingham, Graham Greene

Fiche technique : Réalisé par : Taylor Sheridan / Date de sortie : – / Durée : 110min / Genres : Thriller, Drame / Scénario : Taylor Sheridan / Distributeur suisse : –