Search for content, post, videos

Cannes 2017 | Western : le premier flop cannois, c’est lui

Intitulé Western, la genèse de ce film est quelque peu hybride, voire mystérieuse. Ce n’est pas un western spaghettis mais bien une percée dans le milieu macho que représentent les chantiers de constructions. Symbolisés par un groupe d’ouvriers allemands, les enjeux sont sociaux et culturels. Alors que cette bande d’ouvriers est catapultée au beau milieu de la campagne bulgare, la cohabitation avec le village voisin n’est pas tendre. L’un de ces ouvriers, Meinhard (Meinhard Neumann), tente une approche vers cette communauté bulgare très renfermée. Lui qui souhaite, peu à peu, s’installer dans le coin car rien ne le retient en Allemagne…

La barrière linguistique comme maître d’orchestre

La communication se retrouve au centre des débats. Les allemands ne parlent pas un mot de bulgare, de même pour les habitants du petit village. Aussi, les anciens se remémorent l’invasion allemande durant la Seconde Guerre. Une blessure encore ouverte pour une partie de la population qui semble être à l’arrêt, comme si le temps était suspendu depuis de nombreuses années. Plus rien ne se passe, ou presque. L’arrivée « d’inquisiteurs » soulève les foules – osons exagérer – et met un peu de piment dans cette petite localité.

Des différences culturelles à l’environnement austère, le titre du film prend tout son sens plus l’aventure prend une place prépondérante. À travers Meinhard, homme pacifique, silencieux et prétendu ancien légionnaire, nous avons le sentiment de voir un être en quête d’aventure, voire de quête identitaire. L’homme porte un chagrin: celui d’avoir perdu son frère. Le sourire timide, son envie de s’intégrer contraste avec ses collègues de chantier, eux, plutôt cantonnés à rester dans leurs baraquements.

Rien ne se passe, à l’image du film

Réalisé par Valeska Grisebach, l’oeuvre germano-bulgare poursuit un but précis: celui de mettre en avant les tensions qui peuvent surgir sans une bonne communication. Derrière ce dilemme linguistique, Western est l’exemple même d’un film qui fait du surplace. Meinhard est propulsé dans la peau du personnage central par son vécu et sa sensibilité. Le « mouton noir » des travailleurs allemands est, grâce à son hypothétique carrière militaire, un homme plus ouvert d’esprit.

Western est le premier flop cannois. En plaçant un personnage solitaire et encore marqué par un deuil comme « arbre qui cache la forêt », Western tente vainement de donner du relief à son récit ainsi qu’à ses personnages tous aussi plats que clichés.

Casting : Meinhard Neumann, Reinhardt Wetrek, Waldemar Zang, Detlef Schaich

Fiche technique : Réalisé par : Valeska Grisebach / Date de sortie : – / Durée : 120min / Genre : Drame / Scénario : Valeska Grisebach / Distributeur suisse : –