Search for content, post, videos

Une douce déprime signée Safia Nolin

Le Québec a fait parler de lui avec Loud. L’artiste canadien a dépoussiéré ce bon vieux hip-hop québécois pour le faire briller de mille feux hors des frontières de son pays. Mais finies les punchlines ! Place à la délicatesse de Safia Nolin, chanteuse folk à la voix douce. Après son premier album, Limoilou, sorti il y a 3 ans, l’artiste canadienne apporte une nouvelle pierre à l’édifice : Dans le Noir prévu pour le 5 octobre. Enregistré en huit jours au Wild Studio à Saint-Zénon, ce nouvel opus fait la part belle à la beauté des mots, à la mélodie torturée et aux accords minimalistes mais si efficaces.

« La Neige » lance le blues hivernal, alors qu’on reste à côté du feu pour réchauffer les coeurs. Une chanson écrite et pensée dans les magnifiques étendues et forêts de l’Alberta, au Banff Centre for Arts and Creativity. Un emplacement parfait pour mettre des mots sur le spleen. D’autres morceaux vont naître de son périple dans le petit paradis montagneux des Rocheuses : Les Chemins, Dagues et Le Néant. Mais c’est bien « Miroir » qui démontre toute l’étendue du talent de Safia Nolin. Pour la petite histoire, c’est la première chanson que Nolin a écrite après avoir enregistré son premier album Limoilou.

Immersion tourmentée et morose

Délicieusement morose, comme un air désespéré, la guitare à la main. Dans le Noir explore les chemins de traverse d’une jeune femme qui dévoile ses tracas à travers 13 morceaux. « Dans le Noir est un album moins naïf que Limoilou », des dires de Safia Nolin. Les échecs relationnels évoqués, Dans le Noir est un recueil à ciel ouvert, où les traces du passé restent présentes, mais disparaissent petit à petit. Exorcisme du passé ou pas, nous vivons un genre de moment nostalgique sublimé par une voix délicate, comme en atteste le très bon « Encore », dans lequel Nolin parvient à passer un cap vocalement parlant. Un timbre pure et propre qui fait mouche.

Safia Nolin, avec ce nouvel album, confirme que son talent a pris en maturité. Une folk toujours aussi triste, plus lo-fi que ses précédents travaux, à la mine défaite mais harmonieuse. Un opus soyeux, avec ses imperfections, mais ses quelques défauts en font sa force. Un peu de douceur dans ce monde de brutes épaisses, ça ne fait pas de mal.