Search for content, post, videos

Tout nous sépare : le face-à-face médiocre

Tout nous sépare. Oui, c’est le moins que l’on puisse dire au moment où le générique apparaît à l’écran. Si le titre du film fait référence aux deux mondes opposés dont sont issus les personnages principaux, il est plus qu’à-propos pour la critique que nous allons vous exposer…

Vous l’avez bien compris, Thierry Klifa déballe une oeuvre catastrophique, aux incohérences énormes et au rythme inexistant. Comment tomber dans les travers d’un cinéma pantouflard, calibré sur un casting qui n’est que l’ombre de lui-même ? Et bien Tout nous sépare nous enseigne ce qu’il ne faut pas faire. Explications.

Bourgeoisie contre pauvreté et délinquance

D’un côté vous avez une belle maison, loin de tout, véritable havre de paix, habitée par Louise Keller (Catherine Deneuve) et Julia (Diane Kruger), mère et fille. De l’autre, la cité de Sète où Rodolph (Nicolas Duvauchelle), amant et dealer de Julia, traîne avec sa bande de potes constituée de Ben (Nekfeu) et Karim (Sébastien Houbani). Deux mondes bien distincts se côtoyant à travers une relation compliquée entre Rodolph et Julia. Julia est éprise de son voyou de petit ami. Rodolph la voit comme une « poule aux oeufs d’or ». Romance à sens unique, dangereuse et liée par l’argent. Au milieu, il y a Louise qui tente vainement de dissuader sa fille de fréquenter un homme qui va sans doute lui apporter son lot de soucis. L’instinct maternel est infaillible et après une violente dispute au milieu de nulle part, Rodolph agresse la malheureuse Julia. Pour se défendre, cette dernière lui porte un coup à la tête, accidentel certes, mais fatal. Le caïd reste à terre et succombe à ses blessures.

Même si personne n’a rien vu, quelqu’un se doute de la manigance : Ben. Son flair le mène à la famille Keller et décide de faire chanter Louise, veuve et patronne d’une société maritime. 35’000 euros et le Ben disparaît dans la nature. Le maître chanteur doit de l’argent à un autre caïd du coin. Tout le monde a ses problèmes, sauf que l’argent peut tout démêler d’un coup de baguette magique.

Photo Copyright : Mars Films

Thierry Klifa joue sur la réalité actuelle, sur la férocité des banlieues, un sujet brûlant en France. Des règlements de compte, des menaces de mort qui rythment un scénario co-signé par Klifa et Cédric Anger, réalisateur du très bon La Prochaine fois je viserai le coeur. Avec cette insistance de confronter deux mondes, le cinéaste français mise sur une violence accrue et une étonnante (!) affection qui s’articulera autour de Ben et Louise. Un genre de syndrome de Stockholm qui a de quoi surprendre et, surtout, qui n’a pas lieu d’être.

Une radicalité qui fait cruellement défaut. Une authenticité inexistante

La fille fait profil bas, la mère devient le personnage central pour gommer les erreurs de sa progéniture. Deneuve est cette femme forte, un rôle qui ne reflète absolument pas le jeu magnétique de la légendaire actrice. Pourquoi ? La raison se trouve dans un récit qui se veut radical, âpre, mais rien de tout ça ne se ressent. Une mise en scène engourdie, très molle, où les incohérences sont légion. Comment ne pas se poser des questions à propos de l’absence totale d’enquête policière. Le corps de Rodolph retrouvé, personne n’est inquiété.

Soit, mais même si nous admettons que l’enquête n’a pas lieu d’être, l’exécution est une véritable catastrophe. Encore une fois, cette radicalité qui fait des merveilles dans un film tel que Detroit de Kathryn Bigelow – même si l’environnement est différent -, est inexistante dans Tout nous sépare. Jamais la tension ne s’empare du récit, jamais. Et ce n’est pas un Nicolas Duvauchelle qui en fait des tonnes ou un Nekfeu, qui s’en sort ma foi correctement pour son premier rôle au cinéma, qui réussiront à maintenir ce navire qui prend l’eau de toutes parts. Sans parler d’une Diane Kruger qui n’est que l’ombre d’elle-même, loin de ses standards habituels et de son rôle dans In The Fade, pour lequel elle a raflé le prix d’interprétation féminine au dernier festival de Cannes. Quant à Catherine Deneuve, elle se cantonne à faire de la figuration sous les traits d’un personnage inintéressant et éteint.

Tout nous sépare se clôt de manière très abrupte, comme une issue facile pour abréger les souffrances. Tout s’enlise, tout est prévisible, rien ne fonctionne pour résumer. Une catastrophe !

Casting : Catherine Deneuve, Nekfeu, Diane Kruger, Nicolas Duvauchelle, Sébastien Houbani, Michaël Cohen, Olivier Loustau

Fiche technique : Réalisé par : Thierry Klifa / Date de sortie : 8 novembre 2017 / Durée : 98 min / Genre : Drame, Thriller / Scénario : Thierry Klifa, Cédric Anger / Photographie : Julien Hirsch / Distributeur : Pathé Film