Search for content, post, videos

The Path: et vous, en quoi croyez-vous?

Une communauté d’âmes vivant en vase clos, suivant à la lettre les préceptes d’un leader, fondateur du mouvement, et pour qui ils dédient leur vie. C’est en substance le contexte dans lequel nous sommes plongés dans The Path. Sur fond de dérive sectaire, des liens se tissent et se défont. Le bien le mal, le vrai ou le faux, tous sont en quête de la vérité, mais le chemin semble sans fin. Série originale de Hulu, site de vidéo à la demande, The Path a débuté en mars 2016 et en est à sa deuxième saison, actuellement diffusée aux USA. Passée quelque peu inaperçue, la série a pourtant de quoi séduire. Du casting à l’intrigue, nous sommes tenus en haleine tout du long.

Photo copyright: Hulu

Ils se revendiquent d’un mouvement et non pas d’un groupe religieux ou d’une secte. Le Meyerisme, terme inspiré du nom de son illustre fondateur, Le Dr. John Meyer, repose sur une philosophie basée sur les échelons de l’échelle qu’il s’agit de gravir afin de s’élever spirituellement et accéder au jardin, la lumière comme guide. Comme chaque secte, le groupement est régit par ses propres règles. Quiconque décide de les enfreindre doit en payer le prix. Mouvement d’amour et de partage en apparence, ses disciples, natifs ou convertis du mouvement, n’ont rien d’angélique. Ils sont pour la plupart des êtres brisés ou corrompus, guidés parfois par l’appât du gain ou le pouvoir. Parmi eux, Eddie (Aaron Paul), Sarah (Michelle Monaghan) et leur deux enfants Hawk et Summer. Ils forment une famille unie, menant une existence paisible au sein de la communauté meyeriste. Jusqu’au jour où Eddie, converti au mouvement depuis 20 ans et de retour de sa retraite au Pérou (passage obligé pour passer le cap des 6R, un échelon de la fameuse échelle) se trouve confronté à des doutes. Il ne croit plus en la véracité des préceptes du mouvement et est en contact avec une renégate, une femme ayant déserté la communauté après la mort de son mari. Les renégats, tel est le terme employé par les meyeristes pour nommer les personnes ayant fui la secte. Ceux-ci n’ont plus le droit d’entretenir des contacts avec les fidèles et se retrouvent persécutés. La femme d’Eddie, Sarah, est née dans le mouvement. Sa famille y vit depuis des années. Dédiée corps et âme à la vie de la communauté, elle ne peut concevoir une autre façon de vivre, la seule qu’elle connait en définitive. Eddie et Sarah, liés par le mariage et par des sentiments forts, sont en fait en totale contradiction. Le fondement même de leur existence est en opposition. Il en va de même pour le mouvement. Ses bases sont remises en cause. Le Dr. Meyer n’étant plus aux commandes, Cal (Hugh Dancy), nouveau leader auto-proclamé du mouvement, surprend par ses actions et décisions jugées contraires aux principes du Meyerisme. Logiquement, les autorités commencent à s’intéresser à ce culte minoritaire des plus suspects. Un vent de doutes et de crainte souffle sur le camp meyeriste. Chacun devra trouver sa voie, sa vérité. Mais la vérité est-elle toujours là où l’on pense?

Dérive sectaire et quête d’identité

Photo copyright: Hulu

Sujet brûlant qu’est le thème des sectes. Dans le contexte social, politique et religieux que nous endurons actuellement, la question de la quête identitaire est plus présente que jamais. Entre religions, croyances, dévotion et dérives, il n’y a qu’un pas. Et démêler le bon du mal, le juste du faux semble parfois une mission impossible. Ainsi, nous sommes tous enclins à s’en remettre à quelqu’un ou quelque chose porteur d’espoir, en qui/quoi nous pouvons croire et placer nos espérances. Les plus vulnérables sont des proies faciles. The Path est symptomatique de cet état de fait et relate plutôt justement le mode opératoire des sectes: s’approcher des plus faibles, leur insuffler des prétendues valeurs morales qui les aideraient à mieux vivre, à vivre dans la vérité à travers un leader (gourou) qu’on glorifie et qui est l’incarnation du bien… Tout cela en vivant en autarcie. Rien de plus finalement qu’un repliement sur soi, une main mise sur les fidèles pour mieux les guider, les contrôler. Se pose alors la question du « fondamentalement bon ». Est-ce-qu’un humain peut être bon sans avoir aucune arrière pensée, sans penser à son propre profit? L’altruisme n’est-il finalement pas toujours couplé avec l’intérêt?

Un casting à la hauteur de la tâche

Ecrite par Jessica Goldberg, The Path détient un casting de choix. On ne présente plus Aaron Paul, célèbre pour avoir incarné Jesse Pinkman dans Breaking Bad. Convaincant dans son rôle d’Eddie, il est tiraillé entre son amour pour sa famille et sa volonté de revenir à la vie réelle, hors du mouvement. Mais des années d’endoctrinement ne peuvent s’envoler en un claquement de doigts. Quant à Michelle Monaghan, discrète actrice mais non moins active (on s’en souvient notamment dans le très bon « Gone Baby Gone » de Ben Affleck), elle livre une performance tout en subtilité, fidèle à elle-même. Enfin, Hugh Dancy, en gourou tourmenté et alcoolique, emmène son personnage de Cal pile au bon endroit. Menteur et manipulateur, on lui donnerait bien quelques baffes lorsqu’il sort son sermon d’amour et de partage en cueillant ses fraises. Une performance réussie.

The Path n’a clairement pas eu l’attention qu’elle méritait, malgré une entrée en matière discutable. La scène apocalyptique du premier épisode laisse à désirer. Cependant le casting, l’intrigue qui se met en place mais aussi une jolie bande-son accompagnent la production made in Hulu. Fiction certes, mais ancrée dans la réalité, elle nous rappelle que chacun d’entre nous peut être la victime de quelqu’un. Elle nous dit surtout qu’une croyance, quelle qu’elle soit, n’est pas à l’abri d’une remise en question et que la foi, elle, n’a d’autre définition que celle qu’on lui donne.

Casting: Aaron Paul, Michelle Monaghan, Emma Greenwell, Rockmond Dunbar, Kyle Allen, Hugn Dancy, Peter Friedman, Deirdre O’Connell.

Fiche technique: Crée par: Jessica Goldberg / Réalisé par: Multiples / Date de sortie: 30 mars 2016 / Pays: USA / Genre: Drame / Durée: 6o min par épisode / Chaîne: Hulu