Search for content, post, videos

Cannes 2017 | The Meyerowitz Stories : Une comédie entre Allen et Bogdanovich

Harold Meyerowitz (Dustin Hoffman) rencontre Sigourney Weaver et plus rien n’a d’importance. Harold est sollicité pour exposer ses oeuvres dans une rétrospective collective pour honorer sa carrière de sculpteur. Ce dernier est le point d’ancrage d’une famille aux nombreuses personnalités. Un récit intergénérationnel aux allures de feux d’artifice.

Photo copyright : Netflix

Un portrait familial que Noah Baumbach construit, maltraite et réconcilie autour d’un père frustré, d’une mère allumée, et de nombreux enfants aux existences bien distinctes. L’auteur des excellents Frances Ha, While We’re Young et Mistress America reprend du service dans un registre qu’il affectionne : celui de la comédie aux dialogues interminables mais diablement efficaces. D’un coup de balai, le cinéaste américain vous dépeint une famille dans son entièreté, dans ses moindres détails.

Baumbach perpétue son cinéma tragi-comique

Dans les grandes lignes, Noah Baumbach fait du Baumbach. Rien de nouveau (sous le soleil cannois), il réitère son cinéma verbeux qui peut agacer par instants. Registre comique, tragique, le new-yorkais fait de The Meyerowitz Stories une fable familiale drôle, sympathique, voire géniale par séquences. On pense à cette rétrospective collective à laquelle le père doit prendra part. Mais une malheureuse hémorragie cérébrale – causée par son chien acheté dans un élevage chic – empêche Harold d’y être présent. Non au lieu de ça, ses fils Danny (Adam Sandler) et Matt (Ben Stiller) s’en chargent à sa place. L’expo se transformera en une confession intime et nostalgique pour les deux frères, d’où l’éclair de génie de Baumbach : une rétrospective collective. Subtilement amené et transformé.

À coup de fulgurances, l’histoire n’amène pas le grain de folie qu’on est en droit d’attendre de l’héritier de Woody Allen. Du reste, entouré d’un casting bien fourni, Baumbach réussit à produire une comédie qui fonctionne, à l’image d’un film tel que She’s Funny That Way de Peter Bogdanovich. Des clins d’oeil – le petit rôle d’Adam Driver qui rappelle son personnage dans While We’re Young – et des scènes loufoques. Entre de grosses rigolades et des soupirs, The Meyerowitz Stories n’est pas un film d’un excellent cru, mais son tableau familial électrique dénote toute l’étendue du talent du metteur en scène qui avoue ouvertement être un fan inconditionnel de Woody Allen.

Casting : Adam Sandler, Ben Stiller, Dustin Hoffman, Elizabeth Marvel, Grace Van Patten, Emma Thompson

Fiche technique : Réalisé par : Noah Baumbach / Date de sortie : – / Durée : 110min / Genre : Comédie / Scénario : Noah Baumbach / Distributeur suisse : Netflix