Search for content, post, videos

The Handmaid’s Tale : rébellion au menu de la troisième saison

Alors que la deuxième saison nous avait laissés tout chancelants à la vue de June remettant en pleine nuit son nouveau-né à son amie montée à bord d’une fourgonnette et sur le point de quitter Gilead pour le Canada, l’impatience est allée crescendo. Mais rassurez-vous, la saison 3 débarque le 5 juin sur Hulu et 24 heures après sur OCS, soit le 6 juin. Plus que quelques jours donc avant de connaître enfin l’avenir de June et de ses amies Servantes, Marthas et tous les autres personnages de la série dramatique. Pour vous faire patienter, on vous livre nos impressions sur les trois premiers épisodes de cette saga dystopique qui, depuis sa première diffusion en 2017, a fait couler beaucoup d’encre et fait cliqueter les claviers à outrance.

Photo copyright : Hulu

C’est en février dernier, durant la pause publicitaire du très médiatisé Super Bowl, grand-messe du football américain suivie par des millions de téléspectateurs, que les premières images de la troisième saison avaient fait leur incursion, à la manière d’un spot de promotion d’un pays idyllique où il fait bon vivre. Jusqu’à ce que le « WAKE UP AMERICA » soufflé par June résonne. Un trailer qui a fait trembler et redoubler d’impatience toute une nation. Cette troisième saison marque un tournant : la révolution est en marche. Mais avant ça, on se rafraîchit rapidement la mémoire : la saison 2 avait été marquée par l’accouchement bouleversant de June (Elisabeth Moss). Alors qu’elle était en fuite depuis plusieurs mois, d’abord cachée dans un immeuble de la ville, puis dans une maison abandonnée au milieu de nulle part, ses desseins d’évasion avaient été mis en stand-by lorsque les première contractions se sont faites sentir. C’est donc seule que June accueille une petite fille, issue de sa relation avec Nick (Max Minghella), chauffeur et homme de confiance des Waterford. June finit par être cernée par les forces de l’ordre de Gilead et est rendue à sa maison, où Serena (Simone Strahovski) et Fred Waterford (Joseph Fiennes) l’attendent de pied ferme. De fil en aiguille, et malgré le fait que June ne puisse pas avoir de contact avec l’enfant, tout juste pour l’allaiter, la Servante parvient à raisonner Serena et lui sous-tirer le bébé pour l’emmener. Mais au moment de partir enfin de Gilead, June ne peut se résoudre à quitter le territoire sans sa première fille, Hannah, et remet le nourrisson à son amie Emily (Alexis Bledel), Servante elle aussi, venant à peine de poignarder la très redoutée et toute puissante Tante Lydia (Ann Dowd). Le suspens était à son comble…

La révolution en marche

La saison 3 doit donc répondre à une multitude de questions : Emily va-t-elle pouvoir atteindre la territoire canadien avec l’enfant ? June parviendra-t-elle à récupérer sa fille Hannah ? Que va-t-il advenir de sa relation avec Nick ? Tante Lydia est-elle décédée ? Serena va-t-elle enfin prendre le pouvoir sur son mari et s’allier à June ? Et finalement, le régime en place va-t-il enfin être renversé ? Plusieurs de ces questions trouvent des réponses dès les deux premiers épisodes. Non, nous ne spoilerons rien ! Mais une chose est sûre, la saison 3 est LA saison du bouleversement de l’ordre en place. June l’a bien compris, elle sait comment s’y prendre et doit, pour atteindre ses objectifs, s’entourer d’allier comme elle le dit si bien elle-même. À commencer par les Marthas, les domestiques, parmi lesquelles un réseau clandestin d’évasion s’est mis en place. Gentiment mais sûrement, les femmes construisent la résistance qui mènera peut-être au renversement du pouvoir totalitaire de Gilead.

S’il est vrai que la tension est bien palpable lors de l’évasion d’Emily avec le bébé, le début de cette troisième saison laisse moins paraître le sentiment d’urgence ressenti dans les deux premières saisons, sentiment qui nourrissait chaque épisode. Ce 3ème volet reste également plus avare en suspens que ses prédécesseurs. Il va de soi qu’une révolution ne se mène pas en un jour, le rythme est donc un poil plus lent, les calculs et préméditations sont les mots d’ordre, la tension prend plus de temps à s’installer. Reprenant cependant tous les codes des deux premières saisons, tels que la voix off de June avec son ton sarcastique ou les gros plans sur les visages – marque de fabrique du show -, pour permettre au téléspectateurs d’être au plus près des émotions des personnages, ce troisième chapitre ne déroge pas à la règle en terme de réalisation. Elisabeth Moss y est toujours aussi brillante, laissant paraître mille et une émotions à travers son regard déterminé et vindicatif. On n’y décèle plus aucun désespoir, au contraire. La Servante s’est mutée en guerrière à qui plus rien ne fait peur, alors qu’elle déambule dans les rues de la ville au milieu de corps pendus. Elle semble invincible et prête à tout. Les premiers épisodes marquent la tendance : il sera moins question de survie que d’affrontement. Et si la guerre n’avait pas déjà commencé, elle est définitivement en marche dans ce 3ème chapitre. Moins tendu mais toujours aussi magnifiquement interprété.

Casting : Elisabeth Moss, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski, Alexis Bledel, Max Minghella, Samira Wiley, Ann Dowd, O-T Fagbenle

Fiche technique : Tiré de : « The Handmaid’s Tale » de Margaret Atwood / Créé par : Bruce Miller / Chaîne : Hulu / Genre: Drame, science-fiction / Diffusion : Saison 3 : 5 juin 2019 / Format : 13 épisodes – 60min  / Pays : USA