Search for content, post, videos

Star Wars – Les Derniers Jedi : un volet qui n’a pas toute sa force

Le 13 décembre 2017 est synonyme de jour saint pour les fervents fans de la Guerre des étoiles. L’épisode 8, les Derniers Jedi, sous la houlette de Rian Johnson à qui l’on doit l’excellent Looper, nous ramène sur les traces de l’histoire des Jedi et de Luke Skywalker, réfugié sur une petite île loin des regards et du tumulte. Car la bataille fait rage entre la Résistance, le Leader Suprême Snoke (Andy Serkis) et le furieux (et amoché) Kylo Ren (Adam Driver). À coups de batailles galactiques, les deux camps s’affrontent sans vergogne pour s’anéantir.

Photo copyright : Lucasfilm Ltd.

Dès son entame, Poe Dameron (Oscar Isaac) se lance dans une mission périlleuse afin d’affaiblir le vaisseau commandé par le Général Hux, avant de se faire remettre à l’ordre par Leia (Carrie Fisher) à son retour au bercail. Les hostilités sont lancées. Mais si Dameron joue les têtes brûlées, les enjeux sont autres : que fait Luke sur cette île ? A-t-il succombé au côté obscur de la Force ? Rey va-t-elle pouvoir ramener Luke pour combattre et sauver la lignée des Jedi ? Des questions qui trouveront des réponses, sous l’égide d’un Luke Skywalker marqué par le temps et touchant.

Long, très long, trop long

Probablement le fait le plus marquant de ce nouveau volet de la saga de George Lucas: la multitude d’acteurs qui se pressent au portillon pour n’apparaître que quelques minutes à l’écran. À commencer par le charismatique Benicio Del Toro dans le costume du méchant DJ ou encore Justin Theroux sous les traits d’un joueur de casino très sophistiqué, un casino d’une autre galaxie. Des apparitions sympathiques qui vous tirent quelques sourires et rires. Des nouveaux personnages, dont certains vont prendre plus de place comme la nouvelle commandante Amilyn Holdo (Laura Dern) ou la teigneuse Rose (Kelly Marie Tran) qui fera équipe avec Finn (John Boyega) une bonne partie de l’histoire. Mais trêve de bavardages, il est temps de parler de la Force, celle qui intrigue et se concentre au milieu des nombreuses batailles.

Photo copyright : Lucasfilm Ltd. All Rights Reserved.

Les sabres laser sortis, les méchants et les gentils croisent le fer sans discontinuer. Luke enseigne les rudiments du métier à Rey, lui intime de lire les textes sacrés des Jedi. Mais la relation ne va pas vraiment aller bon train, l’initiation sera des plus tendues. À travers Rey, Luke voit un renouveau, une combattante pour faire face à l’obscurité. Elle qui est en lien direct avec Kylo, elle qui croit possible un retour vers le côté « éclairé » de la Force, la Lumière que Kylo a perdu de vue, tentera de l’amadouer pour lui faire retrouver la raison. Mais Kylo a ses raisons, une vengeance qu’il souhaite accomplir.

À trop courir après les nombreux lièvres, Rian Johnson se rend coupable de nombreuses longueurs. Un début très poussif, où les combats et le tempérament explosif de Poe n’arrivent pas à combler le rythme pantouflard. La partie du milieu reste très statique même si la cadence reprend un peu du poil de la bête. Pour être sincère, on s’ennuie fermement. Mais Johnson, grâce aux effets spéciaux majestueux et l’univers étonnant de beauté – surtout dans la bataille finale -, réussit à conclure son film de manière honorable.

Adam Driver est bon. Daisy Ridley et Mark Hamill, comme un père et sa fille

Du reste, Star Wars – Les Derniers Jedi laisse planer une ombre au-dessus de nos têtes. La défunte Carrie Fisher. Ses dernières scènes – elle reviendra pour d’autres séquences dans le prochain volet – laissent un goût savoureux de nostalgie. Quand bien même Mark Hamill et Daisy Ridley sont les plus présents à l’écran. La Jedi en formation avec le Maître Jedi. On ne peut s’empêcher de voir un père et sa fille. Une fille en contradiction avec son père. On y voit une symbolique (un peu facile), un genre de passage de témoin entre le héros d’antan et la nouvelle héroïne.

Tout ce toutim d’une durée de plus 2h30 ne nous enchante pas plus que ça, malgré les nouvelles perspectives d’avenir offertes par ce volet. Le premier vrai reproche est surtout lié à sa longueur. Trop long, beaucoup trop long. Sa réalisation très carrée ne laisse pas vraiment place à une quelconque surprise. Non, Star Wars 8ème du nom ne déchaîne pas les passions. Malgré les quelques séquences somptueuses (celle où Rey se multiplie dans une sorte de miroir) et le ton humoristique plutôt bien senti, le nouvel épisode de la firme Star Wars reste très moyen. Mais si l’audace n’y est pas, Johnson et Disney concoctent une suite qui pourrait se révéler plus attrayante et spectaculaire à l’avenir si le côté pantouflard est gommé. On prend rendez-vous pour 2019.

Casting : Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Mark Hamill, Adam Driver, Carrie Fisher, Kelly Marie Tran, Andy Serkis, Benicio Del Toro, Gwendoline Christie, Lupita Nyong’o, Laura Dern, Domhnall Gleeson, Peter Mayhew, Anthony Daniels, Bille Lourd

Fiche technique : Réalisé par : Rian Johnson / Date de sortie : 13 décembre 2017 / Durée : 152 min / Scénario : Rian Johnson, George Lucas / Photographie : Steve Yedlin / Musique : John Williams / Distributeur suisse : Disney