Search for content, post, videos

Slowdive : « Nous sommes très fiers de cet album »

Il aura fallu 22 ans de patience, quelques rides et beaucoup de cran au groupe britannique pour revenir sur le devant de la scène. Car, si en soi c’est un évènement à lui tout seul, la reformation du mythique groupe qui a démocratisé le shoegaze et la sortie de leur nouvel album constituent plus un challenge finalement. En gros, c’était quitte ou double et heureusement pour nous et pour la survie de l’humanité, le challenge est relevé haut la main, au-delà même de nos espérances. Oui, le sobrement intitulé Slowdive a de quoi ravir les fans de la première heure mais également les plus frileux. Entre le planant Sugar For The Pill aux « reverbs » si caractéristiques, Star Roving qui nous replonge plus de 25 ans en arrière avec une étonnante modernité et les envolées fragiles de I Don’t Know Why, le groupe anglais a su garder son identité si particulièrement ancrée et a produit, deux décennies après, un album contemporain qui s’écoute encore et encore. Nous auditeurs, piégés entre nostalgie et vision du futur, le goût d’avant ressort sans jamais mal vieillir. C’est ça qu’on appelle l’éternelle jeunesse.

C’est donc avec beaucoup d’impatience que nous attendons leur concert prévu au Nox Orae le 25 août prochain. Pour patienter, nous avons pu glisser quelques questions à Simon, membre de Slowdive, qui nous a parlé de l’évolution de la scène musicale, du shoegaze ainsi que du nouvel album du groupe.

De 1995 à 12017, il s’est écoulé beaucoup de temps. Le shoegaze s’est popularisé en grande partie grâce à vous. Aujourd’hui, pensez-vous que ce style musical est passé par des bouleversements importants?

Je pense que les graines que le style shoegaze a semées à la fin des années 80 et début des années 90 ont germé en quelque chose de majestueux au cours de ces deux dernières décennies. Je pense qu’il y a notamment de la musique électro-ambient très intéressante qui s’est développée à partir de là. Également quelques groupes de rock. Beaucoup de musique minimale et ambient récente est inspirée de ce son délavé et ce «reverb» que nous avions l’habitude d’utiliser dans nos morceaux de l’époque et morceaux actuels aussi d’ailleurs. Tout cela a poussé les artistes à utiliser des textures et couches de sonorités dans leur composition. Ça a poussé les gens à créer des groupes ou, tout simplement, les a assez inspiré pour commencer à écrire de la musique. Ça a aussi aidé à développer d’autres styles musicaux comme le dark metal, le synth wave, le post rock et on peut même constater que le shoegaze a été samplé sur des morceaux de hip hop.

L’électro est un style très populaire en ce moment, tout comme le hip hop. On dénombre des millions de vues sur les diverses vidéos Youtube de ces 2 genres musicaux par exemple. Avec votre expérience et d’une façon globale, que pensez-vous de l’évolution musicale de ces dernières années?

L’évolution musicale est dirigée par la technologie et ce qu’elle permet aux compositeurs d’accomplir dans leur vision créative avec les moyens qui sont les leurs. Il est maintenant de plus en plus abordable de se servir d’un ordinateur pour enregistrer sa propre musique et l’éditer. C’est pourquoi de plus en plus de personnes créent de la musique et c’est génial! Cela permet aux gens sans qualifications musicales particulières de développer des sonorités très intéressantes sans genre musical prédéfini. Cela permet aussi à des artistes confirmés d’être plus expérimentaux dans leur approche et de développer de nouvelles idées. Il y a beaucoup de liberté dans le fait de télécharger des programmes de musique pas chers et de créer ses propres pistes sans devoir dépenser des sommes énormes pour louer un studio ou rassembler un groupe pour jouer. Tout est accessible rapidement, on met online directement donc tout se découvre facilement de nos jours et c’est pourquoi les gens ont continué à écouter Slowdive. C’est ce qui nous amené à revenir.

Pendant qu’il faisait la promotion de son album «Oh My My», Ryan Tedder (One Republic), a dit qu’il devenait de plus en plus difficile de faire un album qui a un impact sur un large public sans aucun apport de musique électronique. Que pensez-vous de cette affirmation?

Je ne suis pas d’accord avec ça. Nous ne nous considérons pas comme un groupe qui porte un intérêt quelconque à l’impact de ce que nous produisons et au succès que nous pouvons en retirer pour être honnête. Nous avons bien sûr des influences électroniques sur notre album, il y a en fait de subtiles textures digitales, électroniques et manipulations qui se baladent pour dire vrai, mais je pense qu’il se trompe (Ryan Tedder) en disant que tout le monde a besoin de l’apport de musique électro pour rencontrer du succès. Il y a tant de grands artistes sans l’ombre de musique électro dans leurs morceaux et qui vendent des albums à la pelle.

Pourquoi un nouvel album? Est-ce-que le Primavera Sound Festival, La Villette Sonique Festival et La Route du Rock ont été décisifs dans votre volonté de collaborer sur un nouvel album ensemble? Ces festivals étaient-ils des tests?

Les moments que nous avons passés à jouer ensemble en concert en 2014 nous ont permis de nous remettre dans le bain en tant que groupe. Cela a abouti à plusieurs jam sessions qui se sont par la suite développées pour devenir finalement des chansons du nouvel album. Il est clair que ces concerts ensemble après tant d’années passées chacun de son côté étaient un test, sachant que nous voulions être aussi bons voire meilleurs que ce que nous étions dans le passé. Mais nous avons su instantanément que nous pouvions recréer cette même énergie en live entre nous cinq. L’intention a toujours été de faire un nouvel album de toute façon car nous ne voulions pas seulement nous reformer en 2014 et jouer nos vieux morceaux pour disparaître à nouveau ensuite.

Pensez-vous que cet album est le plus abouti de tous?

Je pense que c’est l’album le plus abouti que nous aurions pu faire depuis que nous nous sommes reformés. Mais nous avons le sentiment qu’il y a encore beaucoup de nouvelles idées et terrains à explorer donc nous sommes en pleine discussion à propos d’un nouvel album à paraître dans un futur proche. Tous nos albums sont les témoins d’une certaine époque qu’a vécu le groupe. Nous sommes très fiers de celui-ci ( Slowdive) et nous pensons qu’il est tout aussi bon que n’importe lequel de nos précédents albums.

Qu’écoutez-vous en ce moment? Votre top 5 des artistes du moment?

J’ai fait un DJ-set pour Slowdive à Los Angeles la semaine dernière et parmi les nouveaux sons que j’ai joués il y avait Tycho, Jenny Hval, Yves Tumor, Isan et Ryley Walker.

Pour finir, en un seul mot, comment définiriez-vous votre dernier album?

Nouveau.

Questions: Sven Papaux / Texte d’introduction et traductions: Emma Raposo