Search for content, post, videos

Qui est Timothée Chalamet?

On risque d’entendre beaucoup parler de lui ces prochains mois. Et c’est peu dire car Timothée Chalamet semble être sur tous les fronts. À l’affiche de plusieurs métrages notables de cette fin d’année, l’acteur a mis les bouchées doubles et interpelle par ses choix de films audacieux. Mais qui est cet acteur à la frêle silhouette, à peine sorti de l’adolescence?

Photo copyright: Craig McDean

Parfaitement bilingue car né d’un père français et d’une mère américaine, Timothée Chalamet a grandi à New York. Héritier d’une digne lignée d’artistes (son grand-père Harold Flender est écrivain et scénariste, et son oncle, Rodmann Flender, est réalisateur), le jeune Chalamet avait déjà de solides bases pour intégrer le monde du 7ème art. On le connaît surtout pour avoir interprété Finn Walden, fils du vice-président des États-Unis, dans Homeland. Finaliste malheureux à la course au rôle de Spider-Man, c’est finalement Tom Holland qui a raflé le job. Toutefois, l’acteur de 21 ans fait lentement mais sûrement son trou dans le cinéma. Ses débuts sur grand écran date de 2008. En 2014, il joue dans Men, Women And Children avec Adam Sandler. La même année, c’est dans Interstellar de Christopher Nolan qu’il fait ses armes. Il y joue le jeune fils de Matthew McConaughey. Plus tard, en 2016, il incarne Billy dans Miss Stevens. Le film évoque une professeur d’anglais amenée à accompagner, le temps d’un week-end, trois de ses élèves à un concours de théâtre. Durant ce court séjour, l’enseignante (Lily Rabe) se verra confrontée à sa vie quelque peu morne, essayant d’y ajouter un semblant d’excitation. Billy (Timothée Chalamet), l’un des trois élèves, sous médicaments pour un traitement psychologique, est un garçon plein de talent, discret et bouillonnant à la fois. Il tente, avec toute l’audace qui caractérise un adolescent de 16 ans, de séduire sa prof. Malgré son jeune âge, il cerne rapidement cette dernière qui peine parfois à poser les limites. Un film touchant dans lequel Timothée Chalamet brille grâce à une prestation remarquable. Le film n’est jamais sorti en Suisse et n’a été diffusé que de façon limitée aux États-Unis.

Photo copyright: Melinda Sue Gordon – © 2014 Warner Bros. Entertainment, Inc. and Paramount Pictures Corporation.

Une année 2017 brillante, une année 2018 pleine de promesses

Et le jeune acteur enchaîne les projets. Il n’a pas moins de quatre métrages à son actif rien qu’en 2017, dont deux, si ce n’est trois, sont pressentis pour une potentielle nomination aux prochains Oscars. Call Me By Your Name et Lady Bird sont les sensations des derniers festivals de Sundance et Telluride et, à n’en pas douter, il va falloir compter avec eux sur les prochains tapis rouges lors de la fameuse « award season » annuelle qui débute en octobre et s’achève en apothéose avec les Oscars. Hormis les deux films précédemment cités, Hot Summer Nights et Hostiles viennent compléter une année bien remplie. Hot Summer Nights, dévoilé au festival South By Southwest en mars, raconte la vie d’un ado, bouleversée par la rencontre d’un jeune rebelle lors d’un été à Cape Cod. Hostiles, réalisé par Scott Cooper, traite d’un capitaine d’armée légendaire qui, à contrecoeur, devra escorter un chef cheyenne et sa famille à travers des territoires hostiles afin que ces derniers rejoignent leurs terres tribales. Servi par une jolie myriade d’acteurs passionnants tels que Christian Bale, Rosamund Pike, Ben Foster ou encore Jesse Plemons, Hostiles a été présenté à Telluride ainsi qu’à Toronto le 11 septembre dernier et on ne serait pas étonné de le voir figurer lui aussi sur la liste des nominés aux Oscars. Quant à 2018, rien ne semble s’épuiser pour Timothée qui est attendu avec Steve Carell dans le film Beautiful Boy de Felix van Groeningen, réalisateur de The Broken Circle Breakdown notamment. Enfin, et pas des moindres, le New-Yorkais tourne actuellement sous la direction de Woody Allen aux côtés de Selena Gomez et Elle Fanning. Un casting qui respire fraîcheur et jeunesse pour un film dont on ignore encore le titre.

Sous ses airs d’ado chétif pas encore tout à fait à l’aise avec sa personne, Timothée Chalamet épate grâce à son jeu d’acteur et ses choix de films hétéroclites. De projets indépendants en passant par des blockbusters, le jeune homme saute d’un fil à l’autre en véritable équilibriste que rien ne saurait faire faillir. Et si son physique semble fragile, sa maturité et son talent, eux, ne sont plus à mettre en doute. Il est de cette nouvelle génération d’acteurs, à peine adultes, et pourtant déjà bourrés de promesses. Retenez bien ce nom: Timothée Chalamet.