Search for content, post, videos

Quelques minutes après minuit: 00h07, une heure où l’histoire s’écrit

Le deuil est un thème épineux, difficile à mettre en scène et où tant de cinéastes se cassent les dents régulièrement. Dans Quelques minutes après minuit, cette thématique est illustrée à merveille. Juan Antonio Bayona, l’auteur de L’Orphelinat et The Impossible, nous emmène à la découverte d’un monde fascinant où l’aquarelle se mélange à la réalité, où trois histoires contées par un monstre nous confrontera au chagrin, à l’acceptation et au deuil.

Photo Copyright: 2015 A Monster Calls A.I.E. / Quim Vives

Notre guide à travers cette quête se nomme Conor (Lewis MacDougall), jeune garçon déboussolé face à la maladie incurable de sa mère (Felicity Jones). Maltraité à l’école, le garçon éprouve des difficultés dans le monde réel et se réfugie dans un monde imaginaire qu’il se crée. C’est un soir, à 00h07, que sa vie change de ton grâce à un arbre qui surplombe un cimetière. Cet arbre prend vie et lui ordonne de lui dire la vérité sur lui. Mais seulement après que la créature lui ait expliqué ses trois histoires.

La peur du vide ou l’acceptation de la mort

Le cimetière se désagrège, deux mains distinctes tentent de s’accrocher pour rester liées. Le cauchemar de Conor O’Malley est simple à interpréter: la peur de voir sa mère s’en aller. Mais l’attrait central du film tend vers l’appréhension du cauchemar qui hante l’écolier. Bayona construit son histoire autour d’un monstre (Liam Neeson) qui s’apparentera à un ange gardien, celui de Conor. Il le protègera, lui enseignera les valeurs et la manière dont on appréhende les difficultés que la vie sème sur notre chemin.

Une grand-mère (Sigourney Weaver) peu sympathique, un père (Toby Kebbell) absent et une mère à l’agonie, le portrait familial n’est pas très reluisant. Au milieu de tout ça, Conor s’enferme dans le silence, dessine et s’évade avec son nouvel ami. Un échappatoire aussi fantastique qu’éducatif, où le film n’a pas pour but premier de divertir mais bien d’amener son spectateur à une réflexion sur les émotions.

Remarquable de justesse

Entre maladie et couleurs très sombres, Juan Antonio Bayona constitue un puzzle basé sur ces trois histoires pour nous amener à cette « vérité enfouie ». De la vie à la mort, le cinéaste espagnol capture un instant profond en gardant le poids d’une réalité difficile à encaisser. Une équation digne d’éloges, malgré quelques faiblesses rythmiques superflues qui n’interfèrent pas véritablement dans le déroulement général. Un coup d’éclat!

 

Casting: Lewis MacDougall, Felicity Jones, Sigourney Weaver, Toby Kebbell, Liam Neeson

Fiche technique: Réalisé par: Juan Antonio Bayona / Date de sortie: 4 janvier 2017 / Durée: 1h48min / Genre: Drame, Fantastique / Pays: USA, Espagne, Canada, Grande-Bretagne / Scénario: Patrick Ness / Photographie: Oscar Faura / Musique: Fernando Velazquez / Distributeur suisse: Impuls