Search for content, post, videos

Pour Spike Lee, le cinéma signifie puissance

Alors qu’il vient d’être sélectionné pour le prochain Festival de Cannes, Spike Lee parlait de l’impact que le cinéma pouvait avoir sur la société. Lauréat d’un Oscar honoraire récompensant l’ensemble de sa carrière, le réalisateur à qui nous devons des films tels que Malcolm X ou Do the Right Thing s’était arrêté il y a deux ans devant les caméras de l’Académie des Oscars pour évoquer son rapport avec le cinéma et qu’est-ce que le 7ème art signifie pour lui.

« Le médium du cinéma et de la télévision est très puissant. Une fois que vous respectez les codes et que vous ne jouez pas avec, vous pouvez influencer la pensée collective, comment les gens pensent. Dans le bon, mais aussi dans le mauvais sens. »

L’homme a toujours prôné un cinéma engagé, focalisé sur la position et la représentation des Afro-américains à l’écran. Mais pas que, puisqu’il aborde également des thèmes comme la race et l’éthnicité en Amérique.

Durant son entretien il revient aussi sur sa jeunesse, la file d’attente pour aller voir L’Exorciste avec son pote Larry Tucker, où les gens vomissaient. Il se rappelle également d’avoir vu Bye Bye Birdie, Help ou Hard Day’s Night. Sa mère l’a initié au cinéma de Martin Scorsese avec Mean Streets en 1973.

Un moment profond et instructif avant de découvrir, en mai prochain sur la Croisette, son prochain film intitulé BlacKkKlansman, avec entre autre Adam Driver et Topher Grace au casting.