Search for content, post, videos

Personal Shopper: Assayas envoie Stewart dans l’au-delà

La spiritualité s’empare de Cannes, et de la compétition avec Personal Shopper d’Olivier Assayas. Une fable qui s’apparente à un thriller horrifique, voire fantastique. Un virage artistique pour le moins étonnant et osé pour Olivier Assayas.

À première vue, l’entame nous fait curieusement penser à une suite de Sils Maria. Il n’en est rien, Maureen (Kristen Stewart) bosse pour une célébrité, comme «personal shopper», une acheteuse qui s’occupe de la garde-robe des stars. Un job barbant, mais qu’elle continue d’exercer pour payer son loyer et rester à Paris.

Le grand drame de cette américaine est le deuil, non-consommé, de son frère jumeau décédé d’une malformation cardiaque. Aussi touchée par ce problème cardiaque, la jeune femme de 25 ans attend désespérément un signe de Lewis, son défunt frère jumeau, pour évacuer cette tristesse et ce sentiment de mal-être qu’elle traîne.

 

Tension et signe de l’au-delà

personal-shopper-pic-4

Copyright photo: Les Films du Losange

Si Assayas pose le décor rapidement, la tension grimpe d’un cran progressivement. Se disant médium, Maureen tente avec obsession de percer le mystère qui entoure une bâtisse – propriété de sa belle-soeur – qui attire particulièrement l’attention de Maureen. Etant persuadée que son frère s’y trouve, elle tentera d’entrer en contact afin de savoir si elle est bel et bien en contact avec ce dernier. En découlera des scènes d’une extrême tension, démontrant la faculté d’Olivier Assayas à nous emmener sur des sentiers qu’on ne lui connaissait pas. Jeu de lumières, mise en scène bien sentie, Assayas rend l’atmosphère haletante.

Bien malheureusement, la tension fait souvent place à plusieurs longueurs ou, étonnamment, à des errances incompréhensibles – la scène avec Benjamin Biolay reste une énigme. Reste que le réalisateur d’Irma Vep réussit à mélanger des thématiques fascinantes sans tomber dans l’idiotie. À travers la solitude de son actrice principale, il démarre un thriller qui vaut son pesant d’agitation grâce à cette discussion virtuelle avec un interlocuteur mystérieux. L’idée que Maureen a à faire avec son défunt frère nous traverse l’esprit. La magie du thriller horrifique commence à prendre subtilement.

Audacieux dans la conception de son film, Assayas attire l’attention sur la découverte personnelle de Maureen. De par ces messages inquiétants, la «personal shoppe » découvre ce qui la définit ainsi, pourquoi s’enferme-t-elle dans une telle solitude. Une prise de conscience qui pousse cette américaine déboussolée à tomber le masque. Malin.

Personal Shopper démontre une véritable force de caractère, mais l’ensemble est trop inégal, trop fascinant et médiocre à la fois.

À attendre une réponse de l’au-delà, Maureen – Kristen Stewart rend une belle copie – subit son existence, elle se retrouve dans une impasse existentielle qu’elle peine à surmonter. Là, Personal Shopper démontre une véritable force de caractère, mais l’ensemble est trop inégal, trop fascinant et médiocre à la fois. Malgré ça, louons le courage et l’audace d’Olivier Assayas à se tourner vers un cinéma plus «osé», et ça, c’est à souligner à l’indélébile.

Sven Papaux

Casting: Kristen Stewart, Lars Eidinger, Sigrid Bouaziz, Nora Von Waldstätten.

Fiche technique: Réalisé par: Olivier Assayas / Date de sortie: 19 octobre 2016 / Durée: 1h45 / Genre: Thriller, Fantastique / Pays: France / Scénario: Olivier Assayas / Photographie: Yorick Le Saux / Distributeur suisse: Filmcoopi