Search for content, post, videos

Patti Cake$ : du rap à la mécanique (forcée) des sentiments

Un t-shirt à l’effigie des Three 6 Mafia, un dieu du rap nommé O-Z placardé sur les murs de sa chambre, un surnom peu reluisant de Dumbo. Voici Patti Cake$, aka Patrica Dombrovski (Danielle Macdonald), une rappeuse du New Jersey qui se rêve comme déesse du rap. Mais pour y parvenir elle bosse dans un bar miteux et fait quelques extras pour subvenir aux besoins de sa mère (Bridget Everett), célibataire et chanteuse ratée, propriétaire d’un salon de coiffure qu’on ne verra jamais. Il y a aussi Nana, la grand-mère atteinte d’Alzheimer et très liée à sa petite fille.

Photo copyright : Twentieth Century Fox

Une triplette qui vit dans une maison délabrée, comme les États-Unis en recèlent, où la vie semble bien triste. Patti est pote avec Jheri (Siddharth Dhananjay), un employé d’une pharmacie et son partenaire indissociable dans la musique. Les deux acolytes vont rencontrer un anarchiste : Basterd l’antéchrist (Mamoudou Athie). Entre les trois une alchimie se crée, une amitié et même une romance. Le décor est planté.

PBNJ, le hit qui lancera les hostilités

Dans le milieu de la street, la battle vaut son pesant d’or. La rappeuse en herbe débarque et rétame le roi de la rime sur le parking d’une station essence. Au milieu de ce rassemblement de fous furieux du clash, Patti Cake$ explose au grand jour : elle ose enfin balancer ses punchlines dévastatrices. S’ensuit son envie débordante de percer, sa démo qu’elle va refiler au culot à DJ French Tips. Tout roule, tout semble s’aligner pour que la sauce prenne rapidement. Mais comme chaque début de carrière, il y a les premières baffes, les hauts et les bas. Et c’est une sacrée baffe à laquelle va être confrontée la nouvelle Missy Elliott de Jersey. Un jour, alors qu’elle fait un extra comme barista, elle a l’occasion d’approcher son idole : le dénommé O-Z, qui lui réserve un accueil… glacial. Et là, tout s’écroule, la grinta dont elle faisait preuve n’est qu’un lointain souvenir.

Mais c’est sans compter sur un petit coup du destin, celui de French Tips (MC Lyte). le trio nommé PBNJ – dont le hit porte le même nom – est appelé à se produire dans un concours de jeunes talents, où les labels se pressent pour signer les futures superstars « You know what I’m sayin’ ». Patti Cake$ et sa bande entrevoient la gloire. C’est l’heure de faire chauffer les basses et déballer la marchandise, de faire rugir les beats enflammés de Bob, alias Basterd.

Geremy Jasper parle de la musique, des regrets

Derrière cette quête effrénée de gloire, il y a une relation mère-fille cauchemardesque et des regrets, beaucoup de regrets. La musique est un moyen de s’évader, d’oublier le quotidien et Patti en est le porte-drapeau. La manière dont est abordé le sujet, la mise en scène et les plans font penser à un docu-fiction. Réalisateur de pubs, de clips – Florence & The Machine comme exemple -, Geremy Casper parle de sa vie d’avant à travers Patti, la dissèque et accouche d’un personnage obèse, mais diablement culotté.

Il y a ce côté brut qui attire, qui vous capte. Cette manière d’assembler les thématiques, de les mixer pour donner une véritable ligne directrice à son récit, et de ce point de vue-là, le cinéaste originaire du New Jersey l’exécute avec une certaine maîtrise. Mais à la longue, on ressent les faiblesses, le manque de profondeur des personnages secondaires, ou cette envie de vous manipuler par les sentiments. Il y a une mécanique sentimentale un peu irritante qui tente de berner comme le faisait Me and Earl and the Dying Girl.

En somme, Patti Cake$ sonne comme une promesse. Geremy Jasper, hormis les imprécisions d’une première oeuvre, parle avec le coeur et les émotions. Il y a de la substance, quelques fulgurances, cette énergie virale, mais au final, c’est un peu maigre pour en tirer un constat positif.

Casting : Danielle Macdonald, Bridget Everett, Siddharth Dhananjay, Mamoudou Athie

Fiche technique : Réalisé par : Geremy Jasper / Date de sortie : 6 septembre 2017 / Durée : 108min / Genre : Comédie dramatique / Scénario : Geremy Jasper / Photographie : Federico Cesca / Musique : Geremy Jasper, Jason Binnick / Distributeur suisse : Cineworx