Search for content, post, videos

Paléo 2017 | Temples brille, mais le public ne suit pas…

S’il fallait choisir un concert dans cette programmation 2017 du Paléo, c’est peut-être Temples qui remporterait les suffrages. La bande de Kettering transpire le talent et le style rétro. Fort de deux excellents albums, Temples avait retourné Les Docks avec une prestation rock énergique et électrisante.

Si nous prenons la prog’ du Paléo, Temples faisait office de groupe audacieux pour le fidèle public nyonnais. Et c’est un peu la douche froide. Les aficionados n’ont pas répondu présents, la scène des Arches n’affichait de loin pas complet. Pire, le public a déserté petit à petit la performance des Anglais alors qu’elle était de très bonne facture.

Un public indigne d’un tel groupe

En ce 18 juillet, devant la maîtrise, la grinta, la maestria de James Bagshaw et sa bande, c’est l’admiration qui prime. Peut-être mois aboutie qu’aux Docks quelques mois auparavant, la performance des Britanniques est étonnante d’aisance, malgré quelques ratés comme en atteste leur dernier titre phare Shelter Song. Temples se démarque très rapidement en ce début de Paléo quelque peu maussade, pauvre en performances notables. Car le quatuor de Kettering est le groupe typique qui renverse une assistance grâce à leur simple talent. Et bien malheureusement, le public nyonnais présent ne semble pas vraiment s’en rendre compte, boudant l’une des excellentes performances de cette édition 2017. Temples a fait le job sans sourcilier, sans faillir, en revisitant leur dernier album Volcano.

Les dandys apparaissent de plus en plus comme les figures emblématiques du rock anglais – pour nous, en tout cas -, surtout lorsqu’on se fait embarquer par Certainty ou quelques bribes – Colours To Life en première ligne – de leur album de 2014, Sun Structures. Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, Shelter Song clôt un show perfectible mais diablement efficace. Les bougres sont rodés et bourrés de talent, aucun doute là-dessus. Par contre, on regrette que James Bagshaw n’ait pas entonné I Wanna Be Your Mirror, l’un des meilleurs titres de leur dernier opus.

À noter que Temples sera de retour en Suisse le 7 septembre lors du Tohu Bohu. Inutile de vous dire que c’est une date à marquer à l’indélébile.

Découvrez ou redécouvrez notre interview de Temples ici.