Search for content, post, videos

Paléo 2017 | Fishbach la magnétique

The Pixies débutent sur les coups de 20h30. La grande scène bondée, notre regard se tourne vers une autre scène, plus petite, plus intimiste : Le Détour. Là, dans l’angle de la plaine de l’Asse, il est 20h45, Fishbach débarque. On fait faux bond aux géants américains et nous voici devant l’une des nouvelles pépites de cette nouvelle vague française. Fishbach incarne ce nouvel élan de la scène francophone dans le sillage de groupes tels que La Femme, Grand Blanc, Feu Chatterton ou Petit Fantôme.

Photo copyright: Yann Morrison

De son vrai nom Flora Fishbach, l’Ardennaise était la curiosité du jour. Et la jeune française sera la bonne surprise de notre journée. Dans un style très rétro, avec une performance très propre et rondement menée, Fishbach nous hypnotise, nous transporte grâce à une voix douce et profonde. Par trois fois, elle nous dit : « Bonjour, moi c’est Fishbach », d’un air presque condescendant, une personnalité complètement décalée et déconnectée. Elle n’hésite pas à allumer une cigarette sur scène et continue le show de main de maître. Sa faculté à maîtriser son sujet, ces fulgurances synthétiques maid in the 80’s – quelques ressemblances avec Passion Pit dans certaines mélodies au synthé – très kitsch fonctionnent à merveille et s’accordent avec la voix singulière de l’auteure française.

À sa merci

Une bonne heure de concert rondement menée. La jeune femme transpire la nostalgie, la mélancolie. Son album, À ta merci, quelque peu inégal est porté de manière convaincante en live. Fishbach entre dans une autre dimension sur scène. Magnétique, elle se trémousse alors que ses musiciens restent « glacés » derrière elle, le temps d’un morceau. Une performance « mortelle », elle qui, derrière une certaine froideur, n’hésite pas à mettre le feu au Paléo. « Dans notre coeur le feu s’allume », à force de se faire draguer par le « beau langage » de la charmante française. Elle ne se désintègre pas en plein vol, mieux, elle réussit une performance d’envergure dans la poussière nyonnaise.

Après ce passage remarqué à Paléo, la Française fera une autre escale en Suisse. Attendue le 30 août à l’occasion des Francomanias de Bulle, l’opportunité est belle de découvrir l’un des nouveaux joyaux de la scène francophone. Foncez!