Search for content, post, videos

Oppression: thriller angoissant de médiocrité

Au milieu de nulle part, un chalet abrite une famille recomposée. Mary, une pédopsychiatre, décide d’envoyer son beau-fils, Stephen, dans un autre lycée, loin de la demeure familiale. Un terrible accident de circulation ôtera la vie à son époux et paralysera Stephen pour le reste de sa vie. S’engage une nouvelle vie pour Mary, à prendre soin de son fils. Après quelques mois, Mary mène une vie a priori normale et s’occupe d’un jeune patient sourd, Tom. Dérangé et mystérieux, le petit garçon est porté disparu à la veille d’une terrible tempête de neige. Affectée par la disparition de son patient, Mary commence à ressentir une gêne et fait des cauchemars qui entravent sa vie. Tourmentée, proche de la paranoïa, la désormais veuve vire dans la folie…

Tension inexistante

Porté par Naomi Watts, Charlie Heaton et Jacob Tremblay, le phénomène de Room, Oppression ne provoque aucune sensation forte, ne soulève aucune tension. Farren Blackburn nous plonge dans un huis-clos qui n’arrive jamais à rassembler ses pièces pour ne serait-ce que troubler. Thriller prévisible, voire téléphoné, les artifices employés sont vite mis à mal par la faiblesse de la mise en scène, dont les tentatives pour nous emmener sur de fausses pistes tombent très vite à l’eau.

À autant forcer le trait, les ficelles du scénario nous paraissent de plus en plus grossières.

L’isolement, tant du domicile que de la personne, l’attention portée sur le comportement étrange de Tom (Jacob Tremblay), atteint de surdité, ou l’environnement familial délicat: les ingrédients sont nombreux. Les crises et les cauchemars de Mary accentuent cette ambiance oppressante sans pour autant nous captiver. Pire, à autant forcer le trait, entre ces hallucinations nocturnes, les ficelles du scénario nous paraissent de plus en plus grossières.

Naomi Watts au milieu du naufrage

Plus une catastrophe qu’un film, Oppression laisse Naomi Watts dans une fâcheuse posture. Plutôt convaincante, l’actrice britannique bascule abruptement du paranormal à la réalité, essayant de donner un minimum de relief au métrage. Même le jeune Tremblay est utilisé tel un pantin, en campant un rôle qui ne lui sied pas du tout. La direction entière est fébrile, le scénario est pauvre en rebondissements. Le résultat fait peine à voir.

Casting: Naomi Watts, Jacob Tremblay, Oliver Platt, Charlie Heaton, David Cubitt

Fiche technique: Réalisé par : Farren Blackburn / Date de sortie : 30 novembre 2016 / Durée : 1h35min / Genre : Thriller, Fantastique / Pays : France, Canada / Scénario : Christina Hudson / Photographie : Yves Bélanger / Musique : Nathaniel Mechaly / Distributeur suisse : Impuls