Now Apocalypse, la série WTF ennuyeuse

Sous le soleil de Los Angeles, Now Apocalypse suit les pérégrinations d’une bande de joyeux lurons, tous un peu losers, en quête de célébrité et pataugeant dans d’incessants déboires sentimentaux et sexuels. Créée, co-écrite avec Karley Sciortino et réalisée par Gregg Araki – à qui l’on doit notamment les films Mysterious Skin ou Kaboom, ou encore quelques épisodes de 13 Reasons Why et Riverdale -, produite par Gregory Jacobs et Steven Soderbergh qu’on ne présente plus, la nouvelle série WTF estampillée Starz fait étalage, à travers ses personnages, de tous les plus beaux clichés qui fourmillent dans la métropole californienne et ce sans complexe. Oui mais voilà, ce qui aurait pu être décalé et très drôle s’arrête juste à décalé, et encore…
Photo copyright : Starz
Au coeur de ladite bande, Ulysses, un mec sympa mais un peu paumé, gay fantasmant parfois sur les femmes, va de petit job en petit job et tue le temps le soir dans sa chambre en faisant des vlogs dans lesquels il raconte sa vie. De rencontres en échecs, il tombe sur le mystérieux Gabriel (Tyler Posey) via une application de rencontre. Ulysses vit en coloc avec Ford, un ami d’université. Stupide, un rien naïf et fière propriétaire d’une collection de shorts fluo, Ford aspire à devenir scénariste, comme mille autres types dans la cité des anges. En attendant, il vit aux crochets de ses parents fortunés et couche avec Severine, une jeune femme au chignon et lunettes stricts dont le métier un peu brumeux consiste apparement à gérer des missions top secrètes pour le compte du gouvernement. Son truc à elle, les plans à trois, elle ne s’embarrasse que peu des sentiments. Elle prend du bon temps là où elle en trouve. Enfin, il y a Carly, l’amie blonde et sexy de Ulysses qui, pour payer ses cours de théâtre, se transforme en cam girl le soir venu, satisfaisant fétichistes et autres dominés mal dans leur peau. Un bien beau tableau de jeunes gens dans la force de l’âge vivant les plus belles années de leur vie. Au milieu de cette « dream team », les visions apocalyptiques de Ulysses : des aliens-lézards sodomisant un SDF ou se payant une partie de jambes en l’air sur la banquette arrière d’une voiture. Toutes ces visions ne sont-elles que le fruit de l’imagination débordante de Ulysses ou alors sont-elles des visions prémonitoires d’une apocalypse imminente ? Le suspens est insoutenable.
Photo copyright : Starz
Présentée au Sundance Festival en janvier dernier, la série commençait pourtant bien sur les premières minutes : ouverture sur Ulysses dans le feu de l’action avec un homme marié et contraint de prendre la fuite lorsque le mari de ce dernier rapplique. Sur une mélodie enivrante de Slowdive, chevauchant son vélo et caressant les airs de ses mains, Ulysses se fraie un chemin sur les grandes avenues de L.A. Un sentiment de liberté émanait de la scène et laissait peut-être présager une bouffée d’air comique bienvenue. Les espoirs s’évanouissent vite. Au-delà de son scénario sans grande consistance – et oui, même une série WTF doit avoir un propos pour tenir sur la longueur -, le principal problème c’est que cette série présentée comme une comédie fait tout sauf… rire. Vous avouerez que c’est problématique. Tournant autour de plusieurs thématiques telles que la poursuite de la célébrité ou le rêve américain et ayant pour thème central le sexe – thème récurrent dans les réalisations de Araki -, le tout dans un Los Angeles aux couleurs pop, la série tente de questionner les diverses identités de genres, mais se vautre en beauté. Les questions existentielles se limitent à peu de choses près à : « quel sex toy vais-je utiliser ce soir ? ». Si la thématique complexe de la quête d’identité est un sujet largement traité ces derniers mois, aussi bien à la télévision qu’au cinéma, certains programmes parviennent, dans des genres divers et variés, à percer à jour une réalité identitaire qui, il y a encore peu de temps, n’occupait pas la place qu’elle méritait. Ce n’est pas le cas de Now Apocalypse. L’histoire dessert son sujet plus qu’il ne le sert en jouant bien trop sur la superficialité, incarnant les clichés qu’elle pointe du doigt. Des dialogues plats, indignes d’une vraie comédie WTF, des scènes de sexe d’un ennui abyssal, des visions pseudo-apocalyptiques qui font rire, mais pas pour les bonnes raisons, et des acteurs qui semblent se demander ce qu’ils font là, Now Apocalypse promettait d’être une comédie délurée et décalée qui, on l’espérait, aurait traité de ces thématiques sous un angle différent. Résultat, la série se contente d’être tous les clichés qu’elle dénonce et ne parvient pas à susciter l’intérêt. Si vous voulez rire, passez votre chemin. Casting : Avan Jogia, Beau Mirchoff, Kelli Berglund, Roxane Mesquida, Tyler Posey. Fiche technique : Créée par : Gregg Araki / Chaîne : Starz / Diffusion : 10 mars 2019 / Format : 10 épisodes – 30 min / Pays : USA