Search for content, post, videos

Nocturnal Animals: un chef-d’oeuvre, tout simplement

Des femmes à la peau flasque et à la poitrine qui tombe jusqu’au pied, baignée dans la splendide bande-son d’Abel Korzeniowski. L’entrée en matière semble étrange, détonnante à l’image de la décadence de l’art moderne. Tom Ford tente de surprendre avant de nous plonger dans une histoire d’une élégance qui n’a pas son pareil, à l’image du designer qu’il est.

Aussi fascinant que terriblement mystérieux, Nocturnal Animals conte une histoire d’amour perdue entre Susan Morrow (Amy Adams) et Tony Hastings (Jake Gyllenhaal). À l’aide d’un manuscrit, l’ex-mari de Susan se mettra en scène dans un roman écrit de sa main. Il se glisse dans la peau d’Edward Sheffield, un homme qui, avec sa femme (Isla Fisher) et sa fille (Ellie Bamber), se fait agresser par une équipe de hors-la-loi emmenée par l’insolent Ray Marcus (Aaron Taylor-Johnson). S’ensuit une course contre-la-montre pour retrouver sa famille, alors qu’il a été abandonné au milieu de nulle part.

Remise en question et insomnie

Le titre du film puise son sens dans le surnom que Tony avait donné à Susan à cause de ses insomnies à répétion. Une femme qui veille la nuit, à ressasser et réfléchir. Tourné au pluriel, « Les bêtes nocturnes » est un récit sur la remise en question, sur les choix relationnels que la vie nous propose. Hormis ces thèmes que Ford décortique, la beauté de ce thriller noir se développe élégamment et l’enthousiasme de chaque personnage semble être un simple souvenir. Il est difficile de savoir par où commencer tant les sujets explorés sont somptueusement traités, comme l’indécision.

Comme dans A Single Man, le passé est un élément central. Il hante, remonte à la surface pour mesurer l’étendue du problème. On ne se débarrasse pas d’une mauvaise décision ainsi, et le roman est là pour le rappeler. De l’ambiance coincée et lice de Los Angeles et le métier de galeriste de Susan, aux routes poussiéreuses du Texas que le livre décrit, les deux atmosphères si différentes ne sont pas totalement à l’opposé. Amer, Tony créera ce récit comme vengeance ou tout du moins pour mettre un point final à un mariage trop précoce. Deux histoires que Tom Ford croise avec finesse, entre des flashbacks réels et cette étrange fiction littéraire.

Les regards ne trompent pas

Derrière le maquillage marqué de Susan, le regard est sombre. Au plus profond de son âme, les choses se clarifient, deviennent comme une évidence que son erreur fut de ne pas croire en l’amour qu’elle portait à son ex-mari. Plus le film avance, plus la jolie rousse revit sa romance qui hante ses rêves et la rendent insomniaque. Interloquée, dérangée par les scènes violentes qui y sont décrites dans le bouquin, son regard s’assombrit, la tristesse s’empare d’elle de plus en plus. Le métrage sombre dans une profonde mélancolie, d’une poésie « fordienne » comparable à l’émotion ressentie dans A Single Man.

Gyllenhaal rend une copie pleine de justesse qui se couple avec l’extraordinaire Amy Adams. Tandis que Michael Shannon, en flic texan, délivre la marchandise avec brio, à l’instar de Aaron Taylor-Johnson dans la peau d’un gangster à la dégaine de « redneck ». Chaque personnage apporte une pièce à un mystérieux puzzle romanesque.

Nocturnal Animals peut s’interpréter de manières différentes, mais le constat sera indéniablement identique. Avec ce film dans le film, Tom Ford prend son temps pour mettre en scène un divorce indigeste, où le règlement de compte se fera de façon brusque. La plume d’un homme blessé parle, celle qui lui était reprochée de n’être pas assez franche. De son écriture acerbe en découlera une revanche, une revanche cuisante. La séquence finale constituera le point d’orgue du film, prouvant toute l’intelligence du réalisateur et styliste américain. Un récit qui pousse à la réflexion, explorant les profondeurs d’une histoire fascinante. Le talent de Tom Ford en devient presque insolent.

Casting: Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson, Isla Fisher, Armie Hammer, Ellie Bamber, Karl Glusman, Michael Sheen, Robert Aramayo

Fiche technique: Réalisé par: Tom Ford / Date de sortie: 4 janvier 2017 / Durée: 1h57min / Genre: Drame, Thriller / Pays: USA / Scénario: Tom Ford, Austin Wright / Musique: Abel Korzeniowski / Photographie: Seamus McGarvey