Search for content, post, videos

Never heard of #5 : Lovesick

Si on vous dit Lovesick, ça vous dit quelque chose ? Jamais entendu parler ? Rien d’étonnant. Parmi la montagne de séries qui sort chaque mois, entre les renouvellements, les nouveautés et autres séries mastodontes dont il faut attendre 6 ans la saison d’après, certains shows se font tout petits, pas moins méritants pourtant. Mais ne vous inquiétez pas, on se charge de vous dégoter des petites pépites, certes plus confidentielles mais qui valent clairement le détour.

Photo copyright : © Netflix

Cette semaine, on se penche sur Lovesick. Pas toute nouvelle sur le marché puisqu’elle date de 2014, la série (anciennement appelée Scrotal Recall), est un condensé d’humour sur 3 saisons. Tout commence lorsque Dylan ( Johnny Flynn) apprend qu’il a contracté une MST. Sur les conseils de son médecin, il décide de contacter toutes les femmes avec qui il a couché afin qu’elles puissent se faire dépister. S’ensuit une chasse aux ex. Dylan procède par ordre alphabétique. Chaque épisode porte le nom de l’une de ses conquêtes et raconte le contexte dans lequel il a rencontré ou a été amené à avoir une relation avec chacune d’entre elles. Aidés de ses fidèles amis, il va replonger dans ses souvenirs, pas toujours des plus glorieux, parfois tristes, mais souvent hilarants.

Et ses amis justement, parlons-en. On commence par Luke, merveilleusement interprété par Daniel Ings. Le coloc et meilleur ami de Dylan, beau gosse de la bande, un chouia lourd, nymphomane, il saute sur tout ce qui bouge. Mais sous ses airs de tombeur, il cache une profonde solitude. Evie (Antonia Thomas ), la fille du groupe, coloc elle aussi et secrètement amoureuse de Dylan. Elle joue les bonnes copines mais n’en pense pas moins. Elle passe son temps à photographier Dylan, pas franchement prête à lui avouer la vérité. Angus (Joshua McGuire), c’est le stéréotype du mec sympa, le bon pote au physique ingrat. Peu chanceux avec la gent féminine, il accumule les faux pas, se saoule et embrasse une autre que la mariée à son propre mariage. Après ce fiasco, il retourne vivre avec sa bande de potes. Enfin Dylan. Campé par Johnny Flynn, l’acteur, connu également pour sa carrière musicale, est apparu aux côtés de Anne Hathaway dans Song One ou encore dans Genius, série produite par le National Geographic. Blond à la coupe de cheveux douteuse, gentiment naïf et fleur bleue, il tombe amoureux comme il change de chemise. Souvent à côté de ses pompes, trop gentil à n’en pas douter, il navigue tant bien que mal dans les méandres de l’amour avec toujours beaucoup, voire trop d’empathie, mais garde ce petit charme du type plein d’attentions touchantes. Vous l’aurez compris, tous on en commun une vie sentimentale chaotique, mais aucun ne perd l’espoir de trouver enfin un compagnon de route.

Photo copyright : © Netflix

Les fans d’humour anglais seront servis. Personnages un brin à côté de la plaque, pince-sans-rire et complètement attachants, Lovesick ne réinvente pas le genre de la comédie british mais insuffle un peu de fraîcheur et de spontanéité qui ont tendance à manquer aux séries actuelles. Avec Lovesick, on renoue un peu avec les shows d’il y a quelques années, les comédies sans fard aux budgets moins exorbitants. La force de Lovesick c’est avant tout ses personnages et leur authenticité. En bref, les protagonistes vivent ce que chacun d’entre nous pourrait expérimenter dans la vie de tous les jours. Pas les plus beaux ni les plus futés, bourrés de défauts mais de qualités aussi, ils ressemblent à monsieur et madame tout le monde. On s’identifie à cette clique un peu banale, bête parfois, drôle à mourir, touchante et complètement sincère, parce que justement elle nous ramène à nos propres vies, nos propres failles, nos peurs et à des thématiques centrales dans la vie de chacun : la solitude, le besoin d’aimer et d’être aimé. Construite autour de la vie sexuelle de son personnage principal, la série peut sembler n’être qu’une série de plus portée sur les relations amoureuses. Elle l’est mais pas que et c’est ce qui fait de Lovesick une série réussie. Sous couvert d’histoires de coucheries gentillettes, elle n’a de cesse de célébrer l’amour, oui, mais l’amitié aussi. Dans les bons et les mauvais moments, aussi difficiles soient les relations amicales, parfois plus que les relations amoureuses, Lovesick est une ode à l’amitié, la vraie, celle qui n’a peur de rien et qui triomphe de tout. Une ode à l’amour quel qu’il soit et peu importe à qui il est porté.

 

Casting : Johnny Flynn, Antonia Thomas, Daniel Ings,  Joshua McGuire, Hannah Britland.

Fiche technique : Créé par : Tom Edge / Date de sortie : 2 octobre 2014 / Pays : GB / Genre : comédie / Format :  3 saisons – 8 épisodes – 24 min / Chaîne : Netflix