Search for content, post, videos

Mr. Wolff: l’autisme au service des criminels

Mr. Wolff est un comptable qui trempe dans plusieurs affaires louches. Un génie des chiffres qui maîtrise la moindre opération, tout le contraire de ses facultés sociales, lui qui souffre d’une forme d’autisme. Riche, collectionneur d’oeuvres d’art et pointilleux quand il s’agit de rester discret, l’expert-comptable verra sa vie basculer le jour où il se penche sur la comptabilité d’une entreprise qui opère dans la robotique. Très vite il découvre une anomalie, et lorsque la brigade anti-criminalité s’intéresse à son cas, Christian Wolff voit sa liste de problèmes s’allonger.

Gavin O’Connor (Warrior, Jane Got a Gun) mélange autisme et pègre. Cocktail singulier pour créer un personnage intéressant à suivre dans sa quête de discrétion. Un autiste à la pointe de la criminalité, une sorte de fantôme qui blanchit de l’argent grâce à de nombreuses petites affaires et qui possède un hangar avec un arsenal d’armes, mais qui se passionne aussi pour l’art, surtout pour Jackson Pollack. Le spécimen intrigue.

Extrême brutalité paternelle

Copyright Warner Bros. France

Copyright Warner Bros. France

Militarisé et mis à rude épreuve par son père qui ne souhaitait en aucun cas qu’on profite de lui, Christian Wolff est un expert-comptable, mais surtout une machine de guerre qui manie les armes et le combat rapproché comme personne. Obsédé par l’ordre et l’organisation, il ne laisse personne interférer dans sa vie, pas même les grands chefs de cartels ou les autorités.

Guidé par une mystérieuse voix féminine qui lui indique ses prochaines missions, Wolff entreprend le travail qui lui estdemandé à propos de la comptabilité de Living Robotics. Gérée par Lamar Blackburn (John Lightgow), un homme qui semble cacher, aussi, sa part de mystère, cette entreprise sera la cause des problèmes de Wolff. D’abord sous le charme de Dana (Anna Kendrick), la comptable attitrée de la société et elle-même en danger, Christian épluche les comptes avec minutie avant de s’empêtrer dans une histoire qui l’obligera de se découvrir et prendre des risques pour rester en vie.

Ben Affleck répond présent

Si Ben Affleck campe parfaitement Mr. Wolff, la suite des événements n’est pas du même calibre. O’Connor se perd dans un thriller incohérent qui nous trimballe ici et là sans vraiment savoir à quelle intrigue nous prenons part. Le premier gros point d’interrogation, c’est cette relation père-fils qui semble hanter la vie de Christian. Quelque peu occultée pour rester dans l’action, Gavin O’Connor privilégie le présent, ne souhaitant pas s’attarder sur les troubles passés liés à un père très protecteur.

Cette mise en scène qui laisse à désirer, donne néanmoins lieu à quelques fulgurances qui permettent à Mr. Wolff de rester correct dans son ensemble. Parfois divertissant, parfois drôle mais aussi ennuyeux, Mr. Wolff est un film inégal, celui qu’on aimerait aimer mais qui demeure bien léger quant à l’intrigue présentée. L’idée est là, mais la réalisation et le résultat le sont moins.

Casting: Ben Affleck, Anna Kendrick, J.K. Simmons, Jon Bernthal, Andy Umberger, Cynthia Addai-Robinson, John Lightgow, Seth Lee

Fiche technique: Réalisation: Gavin O’Connor / Date de sortie: 2 novembre 2016 / Durée: 2h10min / Genre: Thriller / Pays : USA / Scénario: Bill Dubuque / Musique: Mark Isham / Photographie: Seamus McGarvey / Distributeur suisse: Fox-Warner