Search for content, post, videos

Mouche : Camille Cottin n’arrive pas à remplacer Phoebe Waller-Bridge

Le métro. Des passagers qui se tortillent au rythme de la musique avant que Mouche (Camille Cottin) nous précise « qu’elle va avoir ses règles. » Des blagues qui fusent, des paroles aussi piquantes que drôles. Mouche, la série, une comédie dramatique qui frappe fort, qui vise juste, sauf si… vous avez déjà vu sa grande soeur. Entre rire et larmes, la création de Jeanne Henry – pardon, l’adaptation – surfe sur le phénomène Fleabag, diffusée pour la première fois en 2016, en calquant aux détails près son récit. Londres devient Paris, et Phoebe Waller-Bridge devient Camille Cottin. Clonage en bonne et due forme.

Une trentenaire à la langue bien pendue, à la dégaine aussi classe que déglinguée. Mouche est un sacré bout de femme, une description au quotidien d’une nana moderne, avec ses nombreux tracas. Une vie bercée par les drames : une collègue et meilleure amie décédée, une soeur aussi névrosée qu’elle et un salon de thé qui court à sa perte. Difficile de garder la tête haute dans ce marasme de bonnes nouvelles. Une vie en mille morceaux que Mouche tente de mener tant bien que mal.

Transposition de la version anglaise dans une version française

Les aventures de Mouche sont les mêmes que Fleabag; un face caméra, une vie sexuelle mouvementée et débridée, une relation père-fille comme déconnectée. Chaque scène, les dialogues retrouvent la même furia que Fleabag – ce sont les mêmes. Alors si vous n’avez pas vu la version anglaise, la surprise sera belle, loufoque, le sans filtre de Mouche vous fera rire aux éclats. Mais pour les autres, les fans de la version anglophone, des facéties et de l’écriture incisive et décomplexée de Phoebe Waller-Bridge, ils vont vite déchanter : Mouche est Fleabag, mais en français. Aucune surprise.

Photo copyright : Canal+

Faire oublier Waller-Bridge, la tâche était compliquée pour Camille Cottin. Et même si la « Connasse » refait son apparition, la version anglaise reste meilleure. On s’amuse (un peu) plus du « remplacement » des belles-mères : Anne Dorval prend la place d’Olivia Colman. Comme sa prédécesseure, Dorval est excellente de méchanceté. On se plaît aussi à découvrir Benjamin Lavernhe avec ses longues dents, ou encore Pierre Deladonchamps qui se pétrifie quand Mouche lui fait une « blague jihad » dans la douche – toujours aussi drôle, même si vous connaissez la séquence anglophone.

Une réadaptation nécessaire ?

Les studios Canal ont préféré refaire une série dans les rues de Paris au lieu de tout simplement doubler le show anglais. La question se pose : était-ce nécessaire ? À force, en visionnant les 6 épisodes de 26 minutes, la question devient omniprésente. Hormis quelques remaniements très légers, Mouche ne fait que suivre la trame créée par Waller-Bridge. Les mêmes blagues qui ne surprennent plus, qui nous tirent au mieux un sourire en coin. On aurait voulu voir Jeanne Henry se réapproprier le concept, démouler à sa manière un portrait d’une parisienne complexée – décomplexée par les mots – et moderne. C’est tout simplement du copier-coller. Canal+ a opté pour une solution qui peine à convaincre… Toujours est-il que si vous n’avez pas vu la série originale, foncez voir Mouche. Ou si vous êtes un ou une fan absolu de Camille Cottin, foncez également. Pour les adeptes de Fleabag, passez votre chemin.

Casting : Camille Cottin, Anne Dorval, Didier Flamand, Suliane Brahim, Pierre Deladonchamps, India Hair, Stanley Weber, Benjamin Lavernhe

Fiche technique : Créée par : Jeanne Henry, sur une idée de Phoebe Waller-Bridge / Date de diffusion : 3 juin 2019 / Format : 6 épisodes – 26 min / Chaîne : Canal+