Search for content, post, videos

Loving: la précision de Jeff Nichols

En 1958, les blancs et les noirs ne devaient pas se mélanger. Mildred (Ruth Negga) et Richard Loving (Joel Edgerton) se marient pour unir leur amour. Mais L’Etat de Virginie ne voit pas cette union d’un bon oeil et condamne le couple à la prison, sauf s’il quitte l’Etat. Une lutte débute pour ces deux individus qui vont devoir faire preuve de patience et de ruse, dans une Amérique ségrégationniste pour se défendre devant la Cour suprême.

Avec Loving, Jeff Nichols donne une leçon de cinéma. La justesse, la sensibilité. Le cinquième long-métrage de l’américain n’est peut-être pas le plus somptueux, mais apparait comme une évidence tant le sujet est casse-pattes et calibré. Nichols, lui, nous emporte dans un cinéma contemplatif, touchant presque à la virtuosité grâce à la retenue dont il fait preuve visuellement. Les artifices sont gommés pour conter une histoire pudique.

 

Ruth Negga et Joel Edgerton sublimes

Le talent de Nichols se conjugue avec une paire d’acteurs à l’image du film. À commencer par Edgerton, campant un homme taiseux qui subit, dans une moindre mesure, l’étendue des événements dont il est victime. Marqué mais très discret, Edgerton réussit à nous émouvoir tout comme sa partenaire, Ruth Negga. Plus expressive dans son interprétation, l’américaine porte les stigmates psychologiques d’une épreuve pesante avec le temps.

Le propos est doux, malgré la lourdeur du sujet. À travers ces deux individus, Nichols esquisse une oeuvre silencieuse, représentative d’une incompréhension totale face à la bêtise d’une société bornée et peu encline à la révolution culturelle. L’attachement que nous avons pour ce couple marié, en apparence sans histoire, renforce notre empathie pour Mildred et Richard.

Si Loving est moins «coup de poing» que ses précédents métrages, Nichols insuffle une certaine poésie. De la tendresse pour une histoire ô combien complexe, d’une douce pudeur qui rappelle le traitement de Take Shelter, son chef-d’oeuvre à ce jour.

Loving est avant tout un portrait sensible et magnifiquement capté par un cinéaste à la patte singulière.

Loving n’est pas un biopic classique qui rappelle la rude épreuve dont fut victime les Loving. Il ne rentre pas dans les détails du biopic historique classique. C’est avant tout un portrait sensible et magnifiquement capté par un cinéaste à la patte singulière. Les dialogues sont maitrisés, brefs. Les regards, eux, sont si expressifs que les larmes nous en montent. Un moment d’humilité, tout simplement.

Sven Papaux

Casting: Joel Edgerton, Ruth Negga, Michael Shannon, Nick Kroll, Jon Bass, Marton Csokas, Bill Camp, Ruth Wilson.

Fiche technique: Réalisé par: Jeff Nichols / Date de sortie: – / Durée: 2h03 / Scénario: Jeff Nichols / Photographie: Adam Stone / Musique: David Wingo / Distributeur suisse: Frenetic Films