Search for content, post, videos

Il n’est pas un col qui n’ait pas inspiré randonneurs, photographes, peintres et écrivains ou encore simples gens de passage. Le col du Grand St-Bernard n’est pas en reste et a derrière lui toute une histoire aussi riche que passionnante. Point culminant de la via Francigena, célèbre chemin de pèlerinage menant tout droit à Rome, le col a vu défiler bon nombre de personnalités telles que Bonaparte. Pourtant ce n’est pas du col dont il est question dans cet article mais plutôt, non loin de là, de la station désormais déserte du Super St-Bernard. Nichée entre le petit village de Bourg St-Pierre et ledit col, elle a, elle aussi, un passé qui lui a survécu. Suffisamment pour avoir marqué les esprits et donné des idées à une poignée d’esprits courageux, visionnaires, persévérants surtout. Car de la persévérance il en faut pour un tel projet.

Drôle d’endroit qu’est devenue la station valaisanne, jadis prisée pour son enneigement optimal. À notre arrivée, le constat est sans appel: une station fantôme où plus personne ne s’arrête. Seuls quelques motards de passage par le col s’y désaltèrent avant de reprendre la route direction l’Italie. En 2010, le domaine ferme définitivement ses portes. La cause? La concession de la télécabine se termine et la société en charge de l’exploitation du domaine skiable ne dispose pas de moyens financiers suffisants pour réinvestir dans une nouvelle structure. Mais le potentiel du Super St-Bernard est pourtant réel, Dylan Berguerand et Félicien Rey-Bellet, les initiateurs du projet, en sont persuadés. En 2015, ce qui n’est qu’un rêve de l’ordre du concept prend une forme plus concrète. Pour les deux amis, rejoint ensuite par Manuel Bieler, architecte, la solution serait de redonner vie au site grâce aux installations déjà existantes et d’y affecter au sommet, à 2800 mètres d’altitude, un petit complexe hôtelier écologiquement durable à mi-chemin entre une cabane de montagne et un hôtel tout confort. Lodge 2800 est né. Ce complexe possèderait 18 chambres, un restaurant, une salle polyvalente modulable en salle de conférences et un espace wellness avec une vue panoramique sur les Alpes et le massif du Mont-Blanc.

Les qualités du site sont indéniables à commencer par les conditions durant l’hiver. Avec un sommet perché à 2800 mètres, l’enneigement y est exceptionnel en raison de sa combe orientée au nord. Aucun enneigement artificiel à prévoir donc. Aucune piste damée non plus. Seule une zone freeride comprenant deux itinéraires sécurisés, l’un côté suisse, l’autre sur le versant italien et où pas plus de 50 riders par jour seraient autorisés à dévaler les pentes. Tout ce petit monde sera transporté du bas de la station, bâtiment déjà existant, grâce au Lodge Lift qui les amènera directement au sommet où se trouve le Lodge, à l’endroit de l’actuelle arrivée du télécabine. L’hôtel sera aussi accessible gratuitement via un parcours de randonnée empruntant le versant sud du col de Menouve.

Mais les changements climatiques ayant clairement changé la donne ces dernières années, aucune station ne peut désormais ne compter que sur le ski en tant qu’activité unique et l’heure est à la diversification des loisirs. Le projet Lodge 2800 l’a bien compris. Même si à priori le domaine ne rencontre pas les mêmes problèmes d’enneigement que certains de ses voisins, la station se doit de voir plus loin malgré tout. Ainsi, tout a été prévu pour exploiter le site le plus intelligemment possible, hiver comme été. Si certaines stations se voient vidées de leurs occupants en été, le Lodge a de quoi séduire pendant la saison estivale en se muant en haut lieu du bien-être et du ressourcement. Les hôtes pourront venir se relaxer, faire du yoga en altitude et pratiquer la marche dans ce coin de pays à couper le souffle.

Aujourd’hui, Lodge 2800 c’est un noyau dur de 4 personnes et pas moins de 12 au total dans la société. Mais pour l’heure, le projet attend de voir la situation administrative évoluer. Entre la validation du plan de zone du site, la modification de ce dernier et le dépôt du permis de construire, les étapes sont encore nombreuses avant de pouvoir donner le premier coup de pioche. Malgré tout, le projet est solide. Ambitieux certes mais néanmoins réaliste à l’heure où, à cause des changements climatiques importants, le mot d’ordre consiste à se réinventer pour mieux profiter du cadre exceptionnel dont nous jouissons.

En attendant que le projet voit le jour, nous sommes allés nous imprégner des lieux et admirer un endroit où nous n’étions pas allés depuis bien longtemps. L’occasion pour nous de prendre quelques clichés qui vous feront peut-être découvrir ou redécouvrir cette vallée si particulière.

Plus d’informations sur lodge2800.ch