Search for content, post, videos

Les séries ont-elles pris le pouvoir sur le cinéma ?

Le cinéma est en perte de vitesse et les séries sont en pleine ascension. De plus en plus de spectateurs se tournent vers les plateformes de vidéo à la demande pour se divertir. Les salles obscures, elles, se retrouvent désertées par des spectateurs potentiels. Pourquoi ? Là est la question et il suffit tout simplement de regarder les dernières années qui se sont écoulées. Prenez HBO. Rien que sur la chaîne câblée, des succès tels que Game of Thrones, Westworld, True Detective, Sex And The City, True Blood, The Wire, Six Feet Under, Big Little Lies ou encore Sharp Objects ont largement dépassé les chiffres de plusieurs films au succès respectable au cinéma. Si nous nous attardons sur la série phénomène Game of Thrones, il est question d’un milliard de dollars de recette chaque année, pour un budget de 100 millions par saison. Sacré retour sur investissement. Autre exemple, la courbe ascendante d’une série comme True Blood. Les aventures de Sookie Stackhouse (Anna Paquin) ont débuté timidement, avec 1,44 millions de téléspectateurs, avant de prendre son envol et regrouper une moyenne de 4,5 millions de curieux durant près de 5 saisons. Là encore, le retour sur investissement est très intéressant pour HBO.

La télévision n’est plus ringarde

Dans un article de Francetv info, datant de 2014, Pierre Barrette parlait d’une légitimité retrouvée pour la télévision. Le cinéma et la télévision ont des destins liés. Comme le rappelle le spécialiste et professeur des médias à Montréal, dans les années 50, les personnes évoluant dans le cinéma étaient les mêmes que dans le milieu télévisuel. Mais la petite lucarne est devenue ringarde. Qui n’a pas ri devant un épisode de L’Inspecteur Derrick ou mimé la course des sauveteurs d’Alerte à Malibu. Série rimait avec feuilleton dépassé. En fait, c’est très simple, si vous faisiez de la télévision, vous étiez considéré comme un acteur de seconde zone.

Aujourd’hui, les séries, boostées par ces nombreuses plateformes de vidéo à la demande comme Netflix et Hulu, sont devenues le sommet de la coolitude. HBO, la première chaîne premium – c’est-à-dire payante – amorce un changement radical en revenant à un format télévisuel, qu’on peut entrevoir avec l’arrivée des Sopranos en 1999. Un autre succès, mais cette fois-ci sur une autre chaîne, est à mettre au crédit de Buffy contre les vampires en 1997. Autre exception à la règle, le visionnaire David Lynch et sa série Twin Peaks, sortie en 1990. Le légendaire cinéaste avait un coup d’avance. C’est à l’aube des années 2000 que les productions télévisées acquièrent une réelle crédibilité aux yeux du grand public. On y verra des séries phares débarquer telles que Six Feet Under ou The Wire début des années 2000. La mode des séries se poursuit et commence à faire de l’ombre au cinéma grâce à des séries événements. Breaking Bad, Sons of Anarchy, Mad Men ou encore The Walking Dead réussissent à fidéliser une foule de fans. Mais un autre détail très intéressant intervient au moment où Netflix arrive avec ses créations originales. House Of Cards est le premier vrai succès de la plateforme et a embarqué dans son sillage de futurs succès, comme vous le savez tous.

Arrivée massive de cinéastes chevronnés

À ce jour, en 2018, la question est légitime : sommes-nous arrivés au point que la série est plus attrayante que le cinéma ? Difficile d’y répondre, mais la qualité des travaux est certes plus aboutie rien que sur cette année. Difficile de faire un choix dans les séries diffusées sur Hulu, TNT, Netflix, HBO ou encore Amazon. Même Facebook s’est décidé à réaliser du contenu de très bonne qualité. Alors qu’au cinéma, c’est un peu la soupe à la grimace, avec quelques films qui parviennent à tirer leur épingle du jeu. Un signe qui ne trompe pas : l’arrivée toujours plus massive dans le monde de la télé de réalisateurs connus. Steven Soderbergh, David Fincher, Martin Scorsese, Ridley Scott, Cary Fukunaga, Jean-Marc Vallée et dernièrement Nicolas Winding Refn. Ce dernier parle même d’une nouvelle manière de s’exprimer, de « pouvoir peindre une toile sans fin », d’après son entretien avec le site Indiewire. En parlant de sa première série intitulée Too Old To Die Young, en janvier sur Amazon, Refn en parle « comme voyager dans l’espace, sans aucun point de rencontre et sans fin officielle », dit-il.

De plus en plus de cinéastes mutent, tout comme les acteurs. Des montants de plus en plus extravagants pour la réalisation d’un seul épisode et des budgets par saison conséquents. Ces grands cinéastes et acteurs sont-ils seulement attirés par l’argent ? Pas sûr, et même certainement pas. Avec l’arrivée d’une brochette de mini-séries qui varient de 5 à 10 épisodes, il y a une vraie audace et créativité qui ressortent des séries en ce moment. Une écriture soignée et même intransigeante, comme le prouvent des shows du calibre de True Detective, Westworld ou encore The Haunting Of Hill House très récemment. Et vu sous cet angle, le cinéma commence à se berner lui-même en s’entêtant à développer des remakes et des blockbusters inintéressants. La prise de risque sérielle contraste avec celle du 7ème art. Autre facteur à prendre en compte est celui de la consommation. Les séries sont consommées chez-soi, au chaud, pas besoin de se déplacer et payer son ticket. Car maintenant, avec Netflix, vous avez accès à un bouquet important pour une somme dérisoire. Mais ce détail n’est de loin pas une raison valable, il peut tout au plus faire pencher très légèrement la balance.

La série est devenue un genre de défi, un nouvel espace de jeu créatif pour beaucoup de réalisateurs. Les propos de Winding Refn font écho à un cinéma en mal d’inspiration et, on peut le dire, dépassé par la fougue des productions télévisées. Ces dernières sont devenues incontournables, le sujet de conversation principal des dîners familiaux. Et même si les séries font de l’ombre aux films, le grand Hollywood et les autres studios doivent revoir leur copie pour se réinventer afin de proposer un peu de fraîcheur. Ne serait-ce pas les séries qui rendent le cinéma ringard à présent ?