Search for content, post, videos

Les Mauvais Esprits : des faux aux vrais fantômes

Nouvelle production (anglaise) de Netflix, Les Mauvais Esprits (Malevolent) nous immerge dans le quotidien d’un frère, Jackson (Ben Lloyd-Hughes), et Angela (Florence Pugh) à l’origine d’une escroquerie de chasseurs de fantômes. Les Warren en auraient recraché leur tasse de café. Mais la petite supercherie va vite virer au massacre. Un jour, Mme Green (Celia Imrie) passe commande auprès des deux arnaqueurs : des rires et des cris inquiétants l’empêchent de vivre paisiblement. Une sombre histoire de meurtre est à l’origine des troubles.

Une petite production horrifique. Au moment où La Nonne cartonne au box-office et se remplit les poches à coups de millions, Olaf de Fleur Johannesson, réalisateur inconnu, se lance dans un film d’horreur qui semblait très prometteur. Aussitôt le bouton « play » enfoncé, une phrase apparaît comme une mise en garde : les morts ne reviennent pas. Mais certains d’entre eux ne partent pas. Citation signée de Saint Jean le Théologien de New York. Ambiance austère et tendue, opération réussie sur ce point-là. Nous retrouvons rapidement « Ange », campée par l’ultra talentueuse Florence Pugh, en 1986, à Glasgow. Ah l’Écosse, ses châteaux hantés et ses fantômes qui traversent les murs ! Les Mauvais Esprits s’engouffrent dans la brèche pour nous concocter une sordide histoire familiale… dans une maison hantée.

Une entourloupe qui vire au cauchemar

Se jouer des gens, faire croire qu’ils ont la capacité d’entrer en contact avec les morts, Jackson et Angela vont en faire les frais. Un business basé sur de faux dons, surtout pour éponger les dettes du frère. Mais exorciser les dettes de Jackson va avoir des conséquences. Une dernière affaire, la fameuse dernière affaire, qui provoquera l’électrochoc : les vrais fantômes vont enfin se manifester. Plus de mensonges. Cette fois-ci on ne joue plus chez Mme Green. L’au-delà, les ténèbres vont s’ouvrir pour changer (ou briser) des vies à jamais.

Après un schéma classique : problèmes familiaux, premiers signes surnaturels, découverte du lieu hanté et enquête, l’histoire prend enfin de l’ampleur après une première heure un peu statique. La dernière partie vire à l’anarchie, le drame d’épouvante verse dans le thriller sanglant et presque gratuit. Un élan de violence qui ne colle pas vraiment à l’ambiance déballée dans la première heure, comme si Johannesson voulait nous surprendre grâce à un final digne d’Hostel. Hormis quelques « jump scare », Les Mauvais Esprits n’est pas le produit escompté. On pensait prendre part à un genre de The Little Stranger, moins stylisé, plus brut de décoffrage, mais c’est avant tout un croisement entre un film d’horreur et un thriller de mauvaise facture, bâclé. Relevons que Pugh parvient à maintenir une vraie intensité avec son personnage torturé par le spectre de sa mère, à l’image de la séquence finale qui garde un plan fixe sur l’actrice, affalée, avec une ombre au-dessus d’elle. Une bien maigre consolation.

Casting : Florence Pugh, Ben Lloyd-Hughes, Celia Imrie, Scott Chambers

Fiche technique : Réalisé par : Olaf de Fleur Johannesson / Date de sortie : 5 octobre 2018 (Netflix) / Durée : 88 min / Scénario : Ben Ketai