Search for content, post, videos

Les Animaux Fantastiques: New York sous l’emprise de la magie

Le retour de J.K. Rowling est l’un des événements de cette fin d’année. Après Harry Potter, place à la saga Les Animaux Fantastiques et à Norbert Dragonneau (Eddy Redmayne), un chercheur d’animaux en voie d’extinction, des bêtes extraordinaires. Alors qu’il décide de faire halte à New York après un voyage à travers le Monde, il est entraîné malgré lui dans une série d’événements plaçant l’univers de la magie sous la menace d’une étrange force maléfique. Ainsi, le magicien et sa valise qui l’accompagne partout vont devoir composer avec Tina Goldstein (Katherine Waterston), une enquêtrice qui souhaite retrouver son poste au Congrès Magique des Etats-Unis d’Amérique, et avec Jacob Kowalski (Dan Folger), un « Non-Maj’ » qui se trouvait là au mauvais moment. À cela s’ajoute la douce Queenie Goldstein (Alison Sudol), la soeur de Tina. Ces quatre personnages centraux seront l’âme du film Les Animaux Fantastiques.

Photo copyright: Warner Bros

Photo copyright: Warner Bros

Cette aventure, qui démarre en 1926, parcourt la ville de New York et la valise de Dragonneau, qui cache un monde imaginaire, où se succèdent toutes les créatures que l’aventurier de Poudlard a dénichées au cours de son périple. Hors de la valise magique de Newt Scamander (nom anglophone pour Dragonneau), le monde de la magie tente de garder sa distance avec les humains, mais la traque de cette force maléfique et celle du mystérieux Gellert Grindelwald vont compliquer sérieusement la tâche pour le ministère de la magie, tant les moyens engagés pour parvenir à stopper l’hémorragie vont avoir des répercussions d’une envergure incontrôlable.

Univers foisonnant de découvertes

Harry Potter avait captivé des millions de gens, les Animaux Fantastiques semblent sur le bon chemin. J.K. Rowling développe une nouvelle histoire à l’imagination débordante, dont les effets spéciaux et l’impact visuel rendent le récit particulièrement agréable à suivre. Riche en personnages étranges et sombres, Les Animaux Fantastiques plantent le décor avec autorité, malgré un film qui ne répond pas complètement aux attentes. Là est peut-être le gros bémol du nouveau conte estampillé Rowling, tout comme la mise en place parfois ennuyeuse ou encore cette force du mal qui vient un peu de nulle part.

Hormis ces quelques défauts, David Yates est pleinement à la hauteur de l’événement, distillant un film à la mise en scène classique mais efficace pour le genre. Le sujet de la relation entre les sorciers et les êtres « Non-Maj’ », plus connus sous l’appellation des « Moldus », reste le thème principal de la discorde qui oppose le ministère de la magie à d’autres personnages désireux de faire la lumière sur ce secret. Yates parvient à jongler entre ces nombreux protagonistes, parvenant à intégrer tous les éléments sans s’emmêler les pinceaux, en gardant une cadence correcte.

De la magie aux ténèbres, en passant par la romance et l’aventure

Le prequel des aventures « Made in Rowling » s’essaie à tous les genres, sans se fourvoyer. Là se trouve la force de frappe du duo Yates-Rowling qui s’adresse pour une large part aux enfants, mais aussi aux grands. Les quelques twists sont bien sentis et plusieurs séquences sont d’une extrême beauté, comme le prouve la séquence finale de « l’oubliette ». Véritable délice visuel où nous survolons la ville de New York de 1926, imaginée par l’équipe du film.

L’un des excellents points est sans doute le casting. Dans le lot, Eddy Redmayne campe avec sa nonchalance caractéristique, le vénérable Norbert Dragonneau. Comme le comédien de théâtre qu’il est, le Britannique s’inscrit à merveille dans l’univers magique du spin-off de Harry Potter. Le « Moldu » de la bande, Dan Folger, s’amuse et délivre une performance très amusante dans le costume d’un boulanger un peu maladroit. Les performances de Katherine Waterston et Alison Sudol complètent cet excellent quatuor de héros.

De l’autre côté, nous avons Colin Farrell, le mystérieux Percival Graves, dont les performances sont une assurance « tous risques » et sont toujours de qualité. Ajoutons Jon Voight, très peu à l’écran, et le très talentueux Ezra Miller qui campe le mal-aimé, Credence.

Le résultat convainc, ne transcende pas, mais reste de bonne facture. La musique ensorcelante de James Newton Howard, le casting et cet univers enivrant pour les yeux sont des éléments qui prouvent que David Yates et J.K. Rowling ont réussi leur pari. La machine est lancée, attendons la suite.

Casting : Eddy Redmayne, Katherine Waterston, Dan Folger, Alison Sudol, Colin Farrell, Ezra Miller, Samantha Morton, Jon Voight, Carmen Ejogo, Ron Perlman, Gemma Chan, Johnny Depp

Fiche technique : Réalisé par : David Yates / Date de sortie : 16 novembre 2016 / Durée : 2h10min / Genre : Fantastique, Aventure / Pays : Grande-Bretagne, USA / Scénario : J.K. Rowling / Musique : James Newton Howard / Photographie : Philippe Rousselot / Distributeur suisse : Warner Bros