Search for content, post, videos

La folk a trouvé son joyau en Trevor Sensor

L’Illinois n’a pas à rougir et peut être fier. Natif de cet état, Trevor Sensor, 22 ans, représente sa région avec brio et nous a déjà fait tomber amoureux de lui avec son premier EP, Texas Girls and Jesus Christ. L’auteur-compositeur-interprète américain n’a de jeune que son âge. Sa voix éraillée, elle, transpire le vécu, le poids des années et l’expérience que l’on acquiert seulement après avoir roulé sa bosse ici et là. Profonde et difficile à cerner, elle vous embrase dès la première note. Trevor a ce quelque chose dans le timbre, au même titre que the Tallest Man on Earth, que l’on aime par-dessus tout, troublant de franchise.

Talentueux autant qu’habité lorsqu’il se met à jouer, il est un conteur et ses chansons des histoires que l’on aime écouter et réécouter, de la même trempe qu’un certain Sufjan sûrement. Impressionnant de maturité et de sensibilité virile, comme dans « Pacing the Cage », 5ème et dernier titre de son premier EP, il réussit à émouvoir et c’est peu dire. L’intégralité des 5 morceaux a été composée sur une guitare empruntée. L’histoire veut que la guitare n’ait toujours pas été rendue à son propriétaire… Quoiqu’il en soit, ce premier EP respire la sincérité et promet de grandes choses pour la suite. Le talent n’attend décidément pas le nombre des années.

Trevor Sensor sera en première partie du concert de Justin Vernon et sa bande aka Bon Iver à Zürich le 25 janvier prochain (www.samsunghall.ch/de/besuchen/bon-iver). Le concert affiche d’ores et déjà complet… pas étonnant. En attendant de l’écouter en live, vous trouverez l’ensemble des ses titres ci-dessous.

www.trevorsensor.com