Search for content, post, videos

La carrière à deux vitesses de Logan Lerman

Logan Lerman est surtout connu pour son rôle dans Percy Jackson : Le Voleur de foudre (2010) et Percy Jackson : La Mer des monstres (2013). Une de ces sagas pour adolescents qui ne font éclore que très rarement le véritable talent des jeunes acteurs et actrices propulsés sur le devant de la scène sans véritables repères. Le jeu très stéréotypé, très statique de ces jeunes comédiens ne fonctionne pour ainsi dire jamais. Les exemples de Robert Pattinson ou Kirsten Stewart sont là pour le rappeler. Après s’être enfermés dans des rôles mielleux, ils n’ont pas hésité une seule seconde à prendre un virage à 180 degrés en se dirigeant vers un cinéma dit d’auteur, plus pointu et moins commercial.

C’est exactement ce qu’a fait notre sujet du jour, Logan Lerman. Même si son CV présente quelques rôles intéressants, notamment sous les ordres de Joel Schumacher dans Le nombre 23 et surtout James Mangold dans 3h10 Yuma, l’acteur américain a décidé de prendre une tout autre direction. L’année du dernier film de la franchise Percy Jackson, le natif de Beverly Hills s’est retrouvé aux côtés d’Emma Watson et Ezra Miller dans Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky. Une comédie dramatique réussie. Mais le plus intéressant là-dedans, Lerman a amorcé un véritable changement. L’époque des films pour adolescents semblent révolue. Le voilà devenu plus discret, il privilégie les projets plus pointus.

Dans Fury et Noé

En 2013, on le retrouve sous les ordres de Josh Boone – réalisateur de Nos Étoiles contraires – dans Stuck in Love, une nouvelle comédie dramatique à rajouter à sa liste et présentée à Toronto. Mais l’année suivante, sa filmographie se complète grâce à deux films très attendus. Avec Fury, parmi un casting prestigieux, et avec Noé de Darren Aronofsky, Lerman est à l’affiche de deux grosses productions et surtout, tout indique qu’il souhaite afficher son envie de camper des rôles plus matures.

Même si Noé n’a pas obtenu les résultats escomptés, Fury reste d’un bon calibre et l’acteur californien réussit ce qu’on attend de lui, c’est-à-dire une performance solide. S’il se retrouve pris en sandwich entre deux monstres que sont Brad Pitt et Shia LaBeouf, le film porte son empreinte.

Toujours discret, ses choix sont intéressants

L’homme se fait très discret, jetant son dévolu sur des films indépendants. Même si 2016 est une année très pauvre en projets, l’acteur se retrouve pourtant à l’affiche de Indignation. Basé sur le roman de Philip Roth, l’histoire se passe principalement dans l’Ohio des années 50. Lerman campe Marcus Messner qui doit faire face à la répression sexuelle et l’antisémitisme régnant dans une université conservatrice de l’État. Un rôle qui prouve son envie de  jouer des personnages plus cérébraux, plus introspectifs. Sa performance ne passe pas inaperçue, elle est peut-être sa meilleure à ce jour.

Le virage est entamé. Logan Lerman choisit minutieusement ses rôles à présent. Un signe qui ne trompe pas : il décide de prendre part au nouveau film de Shawn Christensen. Talentueux cinéaste et acteur américain, connu dans le milieu du cinéma indépendant, auteur de l’excellent Before I Disappear, Christensen offre un rôle une nouvelle fois intéressant pour Lerman. Intitulée Sidney Hall, l’histoire traite d’un écrivain qui écrit un livre au succès retentissant et se volatilise sans laisser de trace. Le film comprend un joli casting avec entre autre Elle Fanning, Kyle Chandler et Margaret Qualley.

2018, et la suite…

Toujours fidèle à ses habitudes, l’Américain continue de choisir ses films avec précaution. Pour 2018, son projet le plus prometteur est End of Sentence d’Elfar Adalsteins. Une histoire familiale qui suit les aventures d’un ex-taulard parti dans un road-trip, accompagné de son père, afin d’éparpiller les cendres de sa défunte mère.

Lerman suit la grande lignée des comédiens qui ont « vendu leur âme au diable » en signant dans ces franchises lucratives afin d’accéder à une popularité presque éternelle. Sans oublier l’assurance financière qui en découle. Après ça, c’est l’aspect artistique qui l’emporte. Logan Lerman a choisi son camp et se tourne désormais tourné vers un cinéma à petit budget pour faire valoir son talent. Même si le succès n’est pas encore au rendez-vous, l’acteur âgé de 25 ans construit brique par brique sa seconde carrière, comme un second souffle.