Search for content, post, videos

Killing Eve, ce thriller psychologique qui renverse les codes

L’année touche à sa fin et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle aura été riche en séries en tous genres, des excellentes comme des moins bonnes. Entre la guerre que se livrent les plateformes de streaming telles que Netflix, Hulu ou encore Amazon Prime, et les géants Youtube, Disney et autres Apple qui veulent à leur tour se payer une part du gâteau en produisant du contenu original, nous ne sommes pas prêts de voir le soufflé retombé en matière de programmes sériels. Et non ! Notre petit doigt nous dit que ce n’est même que le début. Parmi la horde de contenus originaux diffusés en 2018 avec des séries excellentes comme Sharp Objects, The Haunting Of Hill House ou Homecoming, pas étonnant de passer parfois à côté de séries dont on a peut-être moins entendu parler. Et justement, en voici une qui est passée plus inaperçue et qui tire pourtant son épingle du jeu. Nommée aux Golden Globes qui se dérouleront le 7 janvier prochain, Killing Eve est une série adaptée du roman en 4 parties de Luke Jenning. Le livre en question s’intitule «Codename Villanelle», et a été publié entre 2014 et 2016.

Photo copyright : BBC America

Eve Polastri (Sandra Oh) s’ennuie profondément dans son job administratif au MI5, les services secrets britanniques. Brillante, elle du flair. Elle se voit confier la sécurité d’une jeune femme, unique témoin du meurtre d’un homme, assassiné quelques jours plus tôt. Eve se retrouve donc embriguadée dans cette affaire de meurtres en série perpétrés par une tueuse psychopathe répondant au doux nom de Villanelle (Jodie Comer). Sans aucun mode opératoire particulier, la meurtrière tue sur commande des hommes et femmes influents. Elle donne du fil à retordre aux services secrets jusqu’a ce que Eve débarque. Cette dernière, sur la demande de Carolyn Martens (Fiona Shaw), responsable de la cellule russe du MI5, lui demande de l’aider à démasquerla tueuse à gage. Eve touche enfin son rêve du bout des doigts : devenir espionne et travailler sur le terrain, en plein coeur de l’action. Mais plus elle enquête sur la jeune meurtrière plus les deux femmes apprennent à se connaître et finiront pas être obsédée l’un par l’autre…

Un thriller d’un autre genre

Des thrillers, on en connaît plein. Des bons, des moins bons. Mais Killing Eve se démarque en surfant sur un ton complètement décalé, un humour cynique, noir et cinglant. Du sang, des meurtres, une tueuse psychopathe froide, des larmes aussi mais surtout beaucoup d’humour, ce qui à première vue ne devrait pas faire bon ménage. Et pourtant ! La série fonctionne à merveille précisément parce qu’elle est traitée de façon décalée grâce à des personnages et dialogues diablement bien écrits et efficaces. Le personnage de Villanelle par exemple, interprété par la trop peu connue actrice britannique Jodie Comer, en tueuse psychopathe est extraordinaire. Avec son visage poupin, sous ses airs angéliques, ne vous y trompez pas. Elle semble comme déconnectée de la réalité, tuant avec autant de facilité qu’on irait jeter ses poubelles sur le trottoir. Un regard enfantin et glacial à la fois. Tuer est son passe-temps favori, elle tue par plaisir autant que par cruauté. De l’autre côté, Eve, interprétée par la désormais célèbre Sandra Oh qui s’est faite connaître grâce à son rôle de Cristina Yang dans Grey’s Anatomy. Ce personnage n’est pas si éloigné de celui qu’elle incarne dans Grey’s Anatomy. Brillante, cynique, carriériste, indépendante, des rôles qui vont à la perfection à l’actrice américaine.

Photo copyright : BBC America

Killing Eve propose une copie différente dans le style thriller psychologique. Mieux! La série en réinvente les codes en proposant, tant dans son scénario que dans l’écriture des ses personnages, un genre nouveau et audacieux. Hyper bien ficelée, hyper intelligente, drôle, subtilement écrite et rafraîchissante, la série a tout juste, à tous les niveaux.

Féminine et féministe

Résolument féminine et féministe, on ne saurait oublier que la série a été créée et écrite par une femme et pas des moindres : Phoebe Waller-Bridge, qui avait brillé en créant, écrivant et jouant dans la drôlissime série Fleabag. Après ça, la créatrice et scénariste était attendue au tournant et autant dire qu’elle n’a pas déçu avec Killing Eve. Féminine et féministe encore car Killing Eve met en scène deux personnages principaux féminins, des femmes avec une liberté de comportement et de parole qui font plaisir. La série crée ainsi son propre style : libertinage, bisexualité, liberté de dire et faire, les rôles sont brouillés, les codes renversés. Les femmes occupent enfin les places qui leur sont dues sans pour autant écraser la figure masculine. Mais pour une fois, les rôles sont inversés et ça roule. Et ça ne pouvait pas mieux tombé en cette période de libération de la parole des femmes. Même la bande-son transpire complètement la féminité. Entre Brigitte Bardot, Anna Karina, ou le groupe Unloved avec leur titre « When A Woman Is Around », avouez qu’on peut difficilement faire plus clair…. On ne boude pas notre plaisir !

Casting : Sandra Oh, Jodie Comer, Fiona Shaw, Darren Boyd, Owen McDonnell, Kirby Owell-Baptiste, David Haig

Fiche technique : Créée par : Phoebe Waller-Bridge / Réalisé par : divers / Chaîne : BBC America / Date de diffusion : 8 avril 2018 / Format : 8 épisodes – 43 min