Search for content, post, videos

Justice League : moins désastreux que prévu

DC Comics joue son va-tout en déballant la Justice League. Suite au fiasco Suicide Squad et après avoir épuisé le répertoire de Queen pour nous en mettre plein les yeux (et les oreilles) en misant sur un humour très proche de leur rival Marvel, la firme américaine joue sur un tableau plus tragique. Un répertoire qui convient bien mieux à la DC qu’à l’univers Marvel. C’est bien connu.

Mais après les nombreux témoignages d’un film catastrophique, reshooté une multitude de fois pour lui donner une forme finale cohérente, il est temps de passer à l’examen. Aquaman (Jason Momoa), Wonder Woman (Gal Gadot), Flash (Ezra Miller), Cyborg (Ben Fisher), Batman (Ben Affleck) et… le défunt Superman (Henry Cavill). Bon on va briser le suspens : Superman n’est pas mort ! Une furieuse équipe appelée à faire face à une menace dévastatrice : trois boîtes mères, un vilain Steppenwolf et sa bande de vampires ailés. La Justice League va tout tenter pour empêcher les trois boîtes de s’allier, ce qui provoquerait l’explosion de la terre entière.

Présentation des forces en présence

Les retrouvailles passent par une petite incartade chez les amies de Wonder Woman, sur l’ìle des Amazones, pour une violente bataille avec Steppenwolf – interprété par Ciaran Hinds – criblées d’effets spéciaux. On y voit la présentation du jeune freluquet Barry Allen alias Flash, lui qui doit composer avec un père sous les verrous. Victor Stone dorénavant Cyborg depuis que son père s’est amusé à le garder en vie et le rendre indestructible grâce la technologie. Batman, quant à lui, a à nouveau foi en l’humanité, accompagné de son fidèle lieutenant, Alfred (Jeremy Irons). Sans oublier le plus déglingué de l’équipe : Aquaman, véritable pilier de bar, aussi agile avec une bouteille de Whisky à la main que dans les océans déchaînés.

Photo Copyright : Warner Bros

Pour revenir à l’histoire, après les présentations et la renaissance de Superman, les discussions entre Bruce Wayne et Diana Prince, et le train-train classique pour former l’équipe, Justice League prend enfin son envol et démarre la guerre contre les méchants. Les gadgets de Dark Knight, les super-pouvoirs des autres super-héros se confrontent au déchaînement des boîtes mères pour donner lieu à un feu d’artifice plutôt passable. Dégoulinant d’effets spéciaux, parfois réussis et parfois hideux, tentant d’insérer une touche plus humoristique comme le réussit Marvel, Justice League parvient à garder la tête hors de l’eau, sans exceller pour autant. Snyder donne cette impression de peaufiner certains réglages pour amorcer l’arrivée des prochains films, usant d’un formatage vu et revu, dont la pluie d’effets laisse un goût d’inachevé. Il nous reste quelques moments « humains », entre autre avec Lois Lane (Amy Adams) et Clark Kent, au milieu des innombrables combats.

Snyder épaulé par Whedon

Plus la date fatidique approchait, plus les fans et les médias grondaient devant les nombreuses rumeurs négatives qui entouraient le film avant sa sortie. Mais force est de constater que Zack Snyder s’est débrouillé correctement pour réaliser un métrage qui ne devait pas dépasser deux heures, et surtout pour un film aussi casse-pattes. Aidé dans l’affaire par Joss Whedon, après que le cinéaste américain a perdu sa fille, Snyder tente un hypothétique baroud pour sauver l’honneur de DC. Rien d’étincelant, parfois médiocre, parfois divertissant et drôle, le monde apocalyptique pensé par le tandem se défend mieux que David Ayer et son Suicide Squad. L’union fait la force. Un slogan qui fait écho à cette nouvelle levée DC.

Photo Copyright : Warner Bros

Toujours dans le tragique, moins intellectualisé que la trilogie Dark Knight de Christopher Nolan, Justice League laisse échapper une petite touche humoristique qui n’est pas aussi vulgaire et malvenue que son prédécesseur des super-méchants. Les limites sont visibles et la réalisation très « jeu vidéo ». Justice League ne déroge pas à la règle et passe à peine la rampe. Mais vu le désastre annoncé, on en deviendrait presque positif. La pilule est avalée et on en ressort sans véritables satisfactions. Un autre film de superhéros, rien de plus sous le soleil.

Casting : Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot, Ezra Miller, Ray Fisher, Amy Adams, Jeremy Irons, Jason Momoa, J.K Simmons

Fiche technique : Réalisé par : Zack Snyder / Date de sortie : 15 novembre 2017 / Durée : 120 min / Genre : Science fiction / Scénario : Chris Terrio, Joss Whedon / Photographie : Fabian Wagner / Musique : Danny Elfman / Distributeur suisse : Fox-Warner