Search for content, post, videos

John Wick 2 : l’art de la violence gratuite

Le premier volet avait enregistré des recettes inattendues et relancé une carrière moribonde pour Keanu Reeves. En plein déclin, l’acteur américain endossait le rôle de John Wick, tueur à gages désirant prendre sa retraite rapidement. Mais il est difficile de s’en sortir sans payer un prix. Le voilà obligé de « payer ses dettes » envers Santino d’Antonio (Riccardo Scarmacio), un mafieux qui désire éliminer sa soeur pour régner en maître sur la dynastie familiale.

Dans John Wick 2, les balles et coups pleuvent comme rarement. Le « croque-mitaine », comme se plaisent à l’appeler le milieu, est un homme craint par ses pairs. Mais John est appelé à faire face à la crème de la crème des tueurs de la planète. La confrérie de ces pros du meurtre dont il fait partie, se ligue contre lui dès la publication d’un contrat faramineux pour l’éliminer définitivement.

Seul contre tous

Dès l’ouverture, les pneus d’une grosse cylindrée crissent à vous en percer les tympans. Le second chapitre ne déroge pas à la règle : action à foison. Souvenez-vous, la mafia russe avait volé sa voiture et tué son chien, et John Wick a vu rouge. Rebelote, les criminels russes sont de retour avant de vite laisser place à l’autre poids lourd de la mafia, les italiens.

Qui dit Italie, dit Rome. Dorénavant lié à Santino d’Antonio, Wick part à la conquête de la Ville Eternelle pour honorer son contrat, à contre-coeur. Il renoue avec ses anciens quartiers, ses anciennes habitudes et ses anciens camarades. Passé le meurtre de Gianna d’Antonio (Claudia Gerini) et le concert, qui fait vaguement penser à l’ouverture de Triple X (2002), les mondanités se poursuivent dans les catacombes de la ville italienne. Un véritable carnage débute, où les morts s’empilent à vitesse grand V. La violence devient gratuite, voire surréaliste.

John Wick à l’agonie

Hormis la qualité des scènes d’action, ce deuxième chapitre des aventures du tueur à gages est bien médiocre. L’accumulation des meurtres à la sauce « GTA » n’est qu’un leurre pour combler les nombreuses lacunes d’un film plat. Certes, Chad Stahelski, ancien cascadeur, suit son plan de marche sans sourciller, sans prétention. Mais les dialogues étincelants, comprenez mon ironie, ou la fascinante sensation de prendre part à un récit où la moitié de la population semble être tueur à gages de profession, nous fait légèrement sourire.

Du reste, John Wick 2 réjouira les adeptes du cinéma dit d’action grâce à un rythme qu’on pourrait qualifier de jusqu’au boutiste. Stahelski continue sur la même voie en usant de l’art du divertissement et des arts martiaux. Mais cette fresque est aussi inexpressive que son acteur principal, sauf pour faire l’apologie de la violence qui semble indissociable de notre époque.

Casting : Keanu Reeves, Common, Riccardo Scamarcio, Laurence Fishburne, Ruby Rose

Fiche technique : Réalisé par : Chad Stahelski / Date de sortie : 22 février 2017 / Durée : 2h03 / Genre : Action / Pays : USA / Scénario : Derek Kolstad / Musique : Tyler Bates, Joel J. Richard / Photographie : Dan Laustsen / Distributeur suisse : Ascot Elite