Search for content, post, videos

John Travolta : c’est grave docteur ?

John Travolta a eu son heure de gloire. Légendaire dans La Fièvre du samedi soir et Grease, encore très à son avantage dans Pulp Fiction, l’acteur américain voit sa carrière partir en vrille. Côté artistique, l’addition est salée, surtout après son 0 pointé cannois. Avec Gotti, sous les ordres du réalisateur Kevin Connolly, Travolta se prend les pieds dans le tapis. Nommé « nanar de l’année », film catastrophique, voire même qualifié d’amateur par le site Indiewire, Gotti écope de la peine maximale : un 0% sur Rotten Tomatoes. Une brasse coulée qui ne fait que creuser un peu plus la tombe de l’acteur américain. Ses derniers films ont tous été des flops, artistiquement et financièrement. Peut-on sauver son passage dans American Crime Story, série américaine créée par Ryan Murphy ? On reviendra sur le sujet un peu plus tard.

Un métrage médiocre qui fait tache en 2018

Venu en grande pompe, tout pimpant, présenter son film au prestigieux Festival de Cannes, les critiques n’ont pas été tendres à propos du film. Mais alors que le film démarre son exploitation aux US, les distributeurs derrière le film de gangster n’hésitent pas à comparer les critiques à « des trolls derrière un clavier ». Aussi, l’équipe marketing continue à faire monter la sauce en prétextant : « Le public a adoré, mais les critiques ne l’aiment pas. À qui faites-vous confiance ? Au public ou aux trolls derrière un clavier ? ».

Un marketing frontal qui peut faire sourire. Un cas similaire a eu lieu avec Mother! de Darren Aronofsky. Après les avis clivants, l’équipe du film s’était décidée à remodeler une affiche avec les pires avis recensés dans la presse. Malin. La publicité négative est malgré tout de la publicité. Mais pour ce qui est de Gotti, Dennis Rice, qui a dirigé le marketing du film, accuse les critiques « d’être déconnectés et se demande si la presse n’a pas peur qu’un film de mafieux ne réussisse, car elle pense à tort que nous glorifions John Gotti ». Pour rappel, le film traite de l’histoire du gangster John Gotti, le parrain de la mafia italienne et de la Famille Gambino, l’une des cinq familles mafieuses de New York à la fin du XXème siècle.

Gotti sonne-t-il le glas de Travolta ?

Même si les différents partis se chamaillent pour savoir pourquoi les journalistes s’en prennent aussi vivement à l’oeuvre de Kevin Connolly, il est l’heure de faire un point sur la carrière de John Travolta. Certes, l’acteur est vieillissant et a déjà une carrière bien fournie derrière lui, mais ses choix et ses prestations récentes sonnent-ils le glas du mythique comédien américain ? La question se pose puisqu’à ce jour le tableau de chasse fait peine à voir. Avec en plus Gotti qui fait parler avant tout pour sa qualité médiocre, il faut remonter loin, très loin pour trouver la trace d’un film référence, toujours de notre point de vue : il s’agit de La Ligne Rouge (The Thin Red Line) sorti en… 1998. 20 ans que Travolta ne sort rien de potable. Peut-être épargnons Primary Colors (1998) ou le récent In A Valley Of Violence paru en 2016 et inédit en francophonie. D’ailleurs, Rotten Tomatoes s’est amusé à répertorier les films à 0% au Tomatometer de Travolta. Il n’en est pas à son premier essai. 4 ont déja hérité de la note peu enviable de 0%.

Photo copyright : Rotten Tomatoes

Il fut un temps où rien que le nom de Travolta suffisait à rentabiliser un film. Maintenant, ce nom est presque moqué, traîné dans la boue. En résumé, avec tout le respect que nous devons à l’éternel interprète de Danny Zuko et Vincent Vega, les résultats de ces 20 dernières années doivent le mettre devant le fait accompli : il est un acteur au glorieux passé, mais au présent bien terne, voire même au futur peu réjouissant si on se réfère à ses prochains projets annoncés… Il serait préférable qu’il se consacre à sa passion pour l’aviation, à la scientologie et prendre du bon temps en Floride, peinard, les doigts de pieds en éventail. Ou alors, doit-il régler des factures qui s’accumulent ? Ou devrait-il se séparer de son manager ? Les questions restent ouvertes.