Search for content, post, videos

Jazzboy l’inclassable, le talentueux ovni à la sitcom de rêve

Jazzboy. Avec un nom pareil, on a presque l’assurance de groover sur le dancefloor du coin rien qu’en prononçant ce nom. Et rapidement, les mélodies, le ton psyché, ce rythme entêtant et ce subtil équilibre pop vous projettent dans une dimension musicale délicieuse et perchée à la fois.

Derrière Jazzboy, il y a Jules Cassignol, aperçu au sein de Los Aves et en compagnie de The Pirouettes. Après un premier morceau toujours aussi perché, nommé « Jazzboy », le Parisien revient avec « Harlem », un titre qui marque, qui se démarque dès la première écoute par un son d’une étonnante profondeur. Un hymne difficilement classable qu’il définit comme « instinctif ».

Harlem, la sitcom de rêve

Toujours accompagné de sa fidèle lieutenant pour la réalisation de son clip, Lisa Boostani, Jules Cassignol parle du clip d’Harlem comme « une sitcom de rêve. New York, une emo-girl inaccessible aux cheveux oranges, un nerd un peu fou et une histoire d’amour quasi impossible. Et un peu de vomi. » Quand on vous dit que c’est perché…

4 minutes survitaminées, au trip acidulé, sans réellement comprendre l’objet présenté. Une chose est sûre, Jazzboy manie les sonorités et sa musique tel un ovni, ce qui le différencie de la nouvelle vague d’artistes émergents. « Harlem » se consomme comme une expérience inédite. Entre clarté et obscurité, Jazzboy surfe sur une autre vague, entre équilibre et déséquilibre artistique. Un titre qui désarçonne.

Premier EP pour septembre

Après deux singles, « Jazzboy » et « Bored in Bora Bora », l’artiste français travaille sur la sortie d’un nouvel EP sous forme de mixtape en septembre prochain. Un nouveau single est prévu pour juin. Mais délectons-nous, pendant ce temps, de l’une des pistes les plus surprenante du moment.