Search for content, post, videos

Greta Gerwig et Brie Larson : deux femmes, deux trajectoires et beaucoup de points communs

Greta Gerwig et Brie Larson ont beaucoup en commun. Si l’une et l’autre sont des actrices talentueuses, reconnues et même oscarisée pour la seconde, les similitudes ne s’arrêtent pas là. Toutes deux originaires de Sacramento, les comédiennes ont placé l’année 2017 sous le signe des premières expériences. En effet, elles s’apprêtent à dévoiler les films pour lesquels elles ont fait leurs débuts derrière la caméra. Autre point commun, les films, respectivement nommés Lady Bird et Unicorn Store, seront tous deux présentés lors du TIFF (Toronto International Film Festival) en septembre prochain. Actrices, scénaristes et réalisatrices, Gerwig et Larson tiennent le haut du tableau en cette fin de saison estivale et période charnière pour la course aux Oscars. Si leur talent de comédiennes n’est plus à prouver, reste à savoir si la réalisation fait aussi partie de leur champs de prédilection.

 

Greta Gerwig, des films indépendants à la réalisation

Photo copyright: Lady Bird, via IMDB

On la sait coutumière des films indépendants à petits budgets où on a plaisir à la voir. Greenberg sorti en 2010, le film qui lui a valu d’être nommée dans plusieurs festivals de films indé, ou encore Frances Ha en 2013 ne sont qu’un mince échantillon de son répertoire de films indépendants. Tous deux réalisés par Noah Baumbach, son compagnon dans la vie, elle a co-écrit le scénario du second. Elle ne rechigne pourtant pas à apparaître dans des films plus grand public à l’image de Sex Friends avec Natalie Portman et Ashton Kutcher, film qui n’est de loin pas son meilleur fait. La californienne de 34 ans entame cette année une nouvelle étape dans sa carrière en réalisant son premier long-métrage, dont elle a également écrit le scénario. Si ce n’est pas la première fois qu’elle tient la place de réalisatrice ( elle a co-réalisé Nights And Weekends en 2008), c’est bel et bien la première fois que Greta est seule aux commandes du navire. Le film intitulé Lady Bird parle d’une jeune fille (Saoirse Ronan) de Sacramento qui cherche désespérément à quitter sa ville natale pour rejoindre New-York afin d’y poursuivre ses études. Au vu du résumé, on peut se douter que la réalisatrice semble s’être inspirée de sa propre histoire pour écrire le script. Côté casting, outre l’actrice Irlandaise Saoirse Ronan (Brooklyn), ce dernier a plutôt bonne mine. On y trouve notamment Laurie Metcalf, Lucas Hedges (Manchester By The Sea), Tracy Letts, Timothée Chalamet (Call Me By Your Name) ou encore Beanie Feldstein. Une belle brochette de jeunes acteurs prometteurs qui augure le meilleur pour les débuts de Greta Gerwig derrière la caméra. La réalisatrice sera à Toronto et à Telluride en septembre pour présenter son métrage. Un timing plus que parfait pour une éventuelle course aux Oscars.

 

Brie Larson l’oscarisée prend des chemins de traverse

Photo copyright: Unicorn Store

Depuis son sacre aux Oscars en 2016 en tant que meilleure actrice dans le film Room, Brie Larson enchaîne les projets. Une carrière dans la comédie débutée très tôt, la californienne apparaît d’abord dans des productions Disney et divers autres films d’ado avant de jouer Kate dans la série United States Of Tara, rôle pour lequel elle a reçu pas moins de 13 récompenses dans divers festivals. Jonglant avec la télévision et le cinéma mais également la chanson, elle sait également varier les plaisirs, entre cinéma indépendant et blockbusters. Tout comme sa compatriote Greta Gerwig, elle a joué dans Greenberg en 2010. Parmi sa filmographie, on retient son rôle poignant dans States of Grace ou encore son apparition dans le très bon The Spectacular Now avec Miles Teller et Shailene Woodley en 2013 avant d’entrer au panthéon des acteurs couronnés par la tant convoitée statuette dorée pour son rôle dans Room en 2015. On l’a vue il y a peu dans Kong: Skull Island aux côtés de Tom Hiddleston. En 2019, elle sera à nouveau à l’affiche d’un blockbuster, à savoir Captain Marvel. La jeune femme n’hésite pourtant pas à faire le grand écart et prendre des risques. Ainsi, 2017 signe les débuts de réalisatrice de Brie Larson avec Unicorn Store. Le récit tourne autour d’une jeune femme de retour au bercail. Là, elle reçoit une étrange invitation d’un magasin. Dans ce dernier, la protagoniste va comprendre ce que signifie « grandir ». Brie Larson ne s’est pas contentée de la casquette de réalisatrice dans ce projet, elle y tient aussi un rôle. À ses côtés figurent Samuel L. Jackson ou encore Joan Cusak. Aussi étrange et mystérieuse que l’invitation elle-même, l’intrigue de Unicorn Store ne dévoilera cependant pas ses secrets avant le festival du film de Toronto en septembre, festival durant lequel le métrage sera officiellement présenté. Et qui sait? À la clé peut-être une potentielle nomination aux Oscars?

Actrices au talent indéniable, les deux blondes, différentes mais si semblables pourtant, osent prendre des risques et flirtent avec de nouveaux horizons. Après la comédie, l’écriture et la chanson, place à la réalisation pour Gerwig et Larson. Et voir des figures féminines s’emparer de la caméra nous comble. Il faut des femmes réalisatrices! Il en faut plus c’est certain. Car au-delà des éternels discours opposant les deux sexes, force est de constater que, de façon globale, la vision féminine est encore trop peu représentée dans le cinéma international. Combler cette lacune pourrait permettre de donner une nouvelle impulsion au 7ème art qui, ces derniers temps, manque cruellement d’inspiration.