Search for content, post, videos

Garrett Hedlund, un talent encore inexploité

Réalisateur de Sur la route, Walter Salles ne tarissait pas d’éloges à propos de Garrett Hedlund : « il est juste une de ces rares créatures : un hédoniste avec des manières et une conscience. » Un acteur qui semblait sur le point d’exploser. On misait beaucoup sur le natif du Minnesota car les voyants étaient tous au vert vif en 2012.

En 2017, c’est un peu la traversée du désert, serait-on tenté de dire. Garrett Hedlund (32 ans) n’est de loin pas à la rue, mais il serait temps de faire valoir ce talent fou qu’il possède. Les fans de Jack Kerouac ont tous en tête le personnage de Dean Moriarty qu’a parfaitement interprété l’acteur américain. Un passage remarqué au festival de Cannes qui promettait un avenir radieux à Hedlund. Derrière le regard franc et le jeu très acharné du natif de Roseau, l’acteur dégage une aura que possèdent peu de comédiens.

Succès avorté avec Tron

Les premières fois qu’Hedlund est apparu, souvenez-vous, c’était dans Troie et dans Friday Night Lights. N’oublions pas Quatre Frères ou Mère-fille, mode d’emploi. Les rôles se suivent sans vraiment aboutir à quelque chose. Un enchaînement de films moyens, voire ratés – ajoutons encore Death Sentence de James Wan – qui verra enfin le bout du tunnel. En 2010, Hedlund signe avec Disney et campe le rôle de Sam Flynn dans le nouveau volet de la saga Tron, débutée en 1982. Un rôle qui aurait dû lancer sa carrière. Le film engrange près de 400 millions de dollars dans le monde, mais le succès n’est pas pleinement au rendez-vous.

C’est en 2012 qu’intervient le premier bon rôle d’Hedlund. Comme cité un peu plus haut, Walter Salles fait confiance à l’acteur américain et il crève l’écran. Belle pub pour Hedlund sachant que le film est présenté à Cannes, mais reçoit néanmoins une critique quelque peu mitigée. Et cette interprétation de Dean Moriarty, trublion au charme ravageur, n’est pas passée inaperçue puisque les frères Coen l’embauchent pour Inside Llewyn Davis, aussi présenté sur la Croisette en 2013. Même si Hedlund y tient un rôle secondaire, son magnétisme opère dans ce costume de chauffeur à la mèche rebelle, taiseux et mystérieux derrière son volant à tracer la route pour son patron, Roland Turner (John Goodman). Du reste, pour l’anecdote, 2013 est aussi l’année où il endosse le rôle d’égérie pour Yves Saint Laurent.

Toujours pas de rôle référence, toujours dans l’attente d’un coup d’éclat, Garrett Hedlund pousse la chansonnette dans l’atroce Lullaby. Film sorti en 2014 et d’une extrême faiblesse qui voit un joli casting s’enliser dans un drame dégoulinant de mièvreries. Et même si nous le retrouvons dans le projet très intéressant d’Angelina Jolie, Invincible (Unbroken), c’est dans un rôle très secondaire que nous apercevons le visage d’Hedlund.

Photo Copyright : Universal Pictures Germany

À force, on en viendrait presque à se lasser de ne pas le voir percer une bonne fois pour toute. Les années passent et la filmographie de l’américain reste toujours vierge d’un film référence. Le four qu’a été le film Pan ne l’a pas aidé à remonter la pente. Pas plus que Mojave où il retrouvait Oscar Isaac et Louise Bourgoin. Un thriller qui est passé inaperçu et qui n’est même pas passé par la case cinéma, mais directement sorti en DVD.

2016, il disparaît des écrans radars, enfin presque

Aucun film crédité pour l’année 2016. Oui, Hedlund se fait rare. Il tourne sous les ordres d’Ang Lee, dans Un Jour dans la vie de Billy Lynn (Billy Lynn’s Long Halftime Walk), où il retrouve Kristen Stewart, mais le métrage n’enregistre pas le succès populaire escompté. Encore un raté!

Mais c’est début 2017, dans une production Netflix, Mudbound, qu’une lueur d’espoir vient éclairer la carrière du talentueux américain. Présenté au Sundance Festival, le film traite de deux hommes qui reviennent de la deuxième guerre et travaillent dans le Mississippi. Dans cette Amérique rurale, ils luttent contre le racisme d’après-guerre. Un film poignant, à en croire les premières critiques élogieuses, qui permet à Hedlund de laisser libre court à son potentiel. La lanterne semblait s’éteindre et voilà qu’elle se rallume car, cerise sur le gâteau, Mudbound est pressenti pour une éventuelle nomination aux Oscars…

Et ce n’est pas fini. Attendu dans Burden et dans un téléfilm de Steven Soderbergh, Garrett Hedlund prend peut-être un second souffle dans sa carrière. Le maestro J.C. Chandor lui a aussi fait confiance pour son prochain film, Triple Frontier prévu pour 2019. À 32 ans, l’imposant comédien d’ 1m89 mériterait (enfin) un rôle à sa mesure afin de le propulser là où il devrait être depuis belle lurette.