Search for content, post, videos

Fifty Shades Darker: la romance érotique qui s’enlise

Fans de Christian Grey, préparez-vous! Le deuxième opus de la saga de E.L. James, Fifty Shades Darker, débarque le 8 février dans les salles. Une sortie mondiale très attendue puisque le premier volet, Fifty Shades Of Grey, date de 2015. Les mordus de la trilogie n’auront pas à attendre trop longtemps car l’épisode final, déjà dans la boîte (les volets 2 et 3 ont été filmés en même temps), est prévu pour 2018. En attendant, Fifty Shades Darker reprend là où nous en étions restés.

Photo copyright: Doane Gregory © Universal Pictures

Anastasia Steele (Dakota Johnson) a fini ses études et réside désormais à Seattle où elle a trouvé un emploi d’assistante d’un éditeur (Eric Johnson) dans une grande maison d’édition de la ville. Elle n’a pas revu Christian (Jamie Dornan) depuis leur dernière dispute. Elle a décidé de couper les ponts afin de se protéger de cette relation nocive mais elle ère désespérément dans la ville, l’âme en peine, ne pensant qu’à lui, tout le temps. Elle le revoit un soir, lors du vernissage de l’exposition photo de son ami Jose. Troublée mais sur ses gardes, elle accepte de dîner avec lui. Christian lui implore de leur redonner une seconde chance. Il veut changer pour elle, quitte à repenser complètement le contrat qu’ils avaient passé. Il est prêt à entamer une relation plus « normale » pour la reconquérir et lui prouver tout l’amour qu’il lui porte. Mais le chemin vers une liaison plus conventionnelle sera semé d’embûches. Christian traîne encore ses vieux démons. Son passé n’est jamais bien loin et aura vite fait de le rattraper.

Un deuxième volet qui se veut « à suspense »

Si le premier épisode se voulait un focus total sur les deux personnages principaux et l’entame d’une relation peu conventionnelle, le second opus s’intéresse plus à la façon dont la relation se développe et les potentiels dangers liés au style

de vie des 2 protagonistes. Christian traîne un lourd passé dont on va découvrir les secrets. Nous allons tout d’abord faire la connaissance de Madame Robinson (Kim Basinger) comme l’appelle Anastasia, la femme à l’origine des penchants sadiques de Christian Grey. Bienfaitrice ou manipulatrice maladive, nous le découvrirons. Nous constaterons ensuite qu’Anastasia aura fort à faire afin de mener à bien cette relation amoureuse. Certaines rancoeurs et jalousies ne s’apaisent pas avec le temps.

Anastasia Steele, maître à bord

Un revirement de situation s’opère également entre le premier et second volet. Christian Grey dicte sa loi au départ et nous avons affaire à une Ana plutôt docile et coopérative. Dans la suite des aventures, elle prend le contrôle et refuse de continuer cette relation malsaine. Elle somme Christian de lui en dire plus sur sa vie. Il s’exécute. Moins froid et plus souriant que dans l’épisode précédent, il ressemble de plus en plus à un « humain ». Il parvient à faire des sacrifices pour Anastasia et accepte de se livrer. De son côté, elle accepte de se soumettre à certaines de ses habitudes sexuelles et parvient même à y prendre du plaisir. Cette passation des pouvoirs contribue à faire de Christian Grey une personne plus « normale » avec des défauts, des faiblesses, des émotions. Tandis qu’Anastasia s’en retrouve grandie, elle passe du statut de petite étudiante à femme volontaire et sûre d’elle.

Un film au sujet brûlant qui tombe à plat, une régurgitation du livre qui n’apporte aucun mordant

Un long-métrage qui ne restera pas dans les annales

Tirées des désormais célèbres livres de l’écrivain britannique E.L. James (Fifty Shades Of Grey, Fifty Shades Darker et Fifty Shades Lighter), les adaptations cinématographiques ne resteront pas gravées dans les mémoires de tout bon cinéphile qui se respecte. On le sait, le thème central est la pratique de domination sexuelle et du sado-masochisme, sujets osés pour un film grand public. Et même si, à priori, cela semble provocateur et peut en émoustiller certains, il n’y rien, mais alors

Photo copyright: Doane Gregory © Universal Pictures

vraiment rien à dire sur ce métrage décevant à tous points de vue. Même les scènes de sexe sont considérées, par les connaisseurs en la matière, comme « gentillettes ». Un film au sujet brûlant qui tombe à plat comme une crèpe, sans intention de réalisation aucune. Une régurgitation du livre qui n’apporte aucun mordant, une intrigue sans suspense, des dialogues d’un ennui à faire ronfler un chimpanzé hyperactif, en bref, un film qui n’a d’intéressant que les quelques prises de vue aériennes de la côte nord-ouest des États-Unis. Il est pourtant bien dommage car Jamie Dornan et Dakota Johnson, pour l’avoir prouvé dans d’autres métrages, sont loin d’être des acteurs incompétents. Dans tous les cas, le film est l’occasion pour les marques de placer leurs produits lors de ce déballage matériel que nous offre Fifty Shades Darker. Voitures, robes, hélicoptères, appartements de 2189 mètres carré, le tout-puissant Christian Grey, maître du monde tant il est jeune, beau, riche et possédant les trois quarts de Seattle, offre ce qu’il y a de plus beau à sa chère et tendre. De quoi en faire rêver plus d’une! Si vous n’avez vraiment rien d’autre à faire, pourquoi pas! Sinon, abstenez-vous!

 

Casting: Jamie Dornan, Dakota Johnson, Eric Johnson, Eloise Mumford, Bella Heathcote, Rita Ora, Luke Grimes, Marcia Gay Harden, Kim Basinger.

Fiche technique: Réalisé par: James Foley / Date de sortie: 8 février 2017 / Durée: 1h55min / Genres: Drame, Romance / Ecrit par: E.L. James / Scénario: Niall Leonard / Musique: Danny Elfman / Distributeur suisse: Universal