Search for content, post, videos

Euzhan Palcy, cette grande dame

Le nom d’Euzhan Palcy n’est peut-être pas le plus connu mais cette femme originaire de la Martinique a tracé son chemin dans le monde difficile du cinéma. Avec la bagatelle de six longs-métrages et deux documentaires à son actif, Palcy a raflé un César du meilleur premier film et un Lion d’Argent à la Mostra de Venise pour son film Rue Cases-Nègres, réalisé en 1983. En adaptant le roman de Joseph Zobel, la réalisatrice martiniquaise traite du quotidien d’un enfant noir dans le milieu agricole de la Martinique des années 30. Un premier pas vers une riche carrière.

Première et seule femme à diriger Marlon Brando

Après cette oeuvre multi-primée, Euzhan Palcy pousse la porte d’un grand studio, celui de la Metro Goldwyn Mayer ou plus communément appelé MGM. Un événement puisqu’elle est tout simplement la première réalisatrice noire à être produite par un studio hollywoodien. La consécration ne s’arrête pas là, car 6 ans après le succès de Rue Cases-Nègres et alors âgée de 31 ans, Palcy réussit l’exploit de diriger le grand, l’immense Marlon Brando. Avec Une Saison Blanche et Sèche, tiré du roman d’André Brink, la cinéaste réunit un casting comprenant Donald Sutherland, Janet Suzman, Zakes Mokae et Susan Sarandon.

Photo copyright : Metro Goldwyn Mayer

Un fait de gloire, une reconnaissance internationale méritée pour une femme qui a risqué sa vie pour la réalisation de ce film. Un métrage qui aborde l’anti-apartheid. Mais le plus fascinant dans l’histoire c’est le travail effectué par Palcy. Risquant sa vie et trompant la vigilance des services secrets du régime de l’Apartheid grâce à l’aide du médecin personnel et ami de Nelson Mandela, Dr. Nthato Motlana. Opération ô combien dangereuse, alors que la répression sévit en Afrique du Sud, la cinéaste césarisée poursuit sa quête à Soweto en prétextant qu’elle recherche des choristes pour la mise en boîte d’un album. Pendant ce temps, elle s’entretient avec des victimes de l’apartheid. Une fois de retour, le tournage débute en avril 1988 et sera projeté en septembre 1989 dans les salles. Inutile de préciser que le film sera interdit sur sol sud-africain, tout comme le livre d’André Brink qui a inspiré le récit cinématographique.

Et maintenant ?

2017 rime avec le 25ème anniversaire de Siméon, un conte antillais fantastique et musical. Sorti en 1992 dans les salles obscures, l’histoire suit le fantôme d’un musicien, poète et séducteur, captif d’une petite fille dont il ne peut se délivrer seulement par une bonne action. Un événement que Palcy célébrera au 35ème Brussels International Film Festival en tant que présidente du Jury International.

Son curriculum vitae de cinéaste passe presque au second plan tant son engagement pour la cause des noirs est forte. Malgré le succès, elle n’hésite pas à se replonger dans la réalité de la vie martiniquaise – même si elle repart aux États-Unis pour de nouveaux projets. Une grande dame qui, depuis 2013, siège au Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CNMHE). Et de terminer par : « Le fait d’être cinéaste est né d’une grande colère, que j’ai voulue créatrice », comme elle l’expliquait à France Info.