Search for content, post, videos

Captain Marvel : rien de bien trépidant

Les héros Marvel avaient laissé place au raz-de-marée Aquaman. Terminé les muscles de Jason Momoa, de la grâce à présent : Captain Marvel et son héroïne Brie Larson, nouvelle venue dans l’univers MCU pour botter les fesses de quelques humains. Enfin, en première instance car après les présentations, « Vers » se transformera en Carol Danvers, une pilote d’avion qui vivait sur la planète C-53. Traduction : la planète Terre.

Photo copyright : Chuck Zlotnick / Marvel Studios 2019

Est-elle une Kree ou une humaine ? Même si le propos est légèrement simplifié, Captain Marvel court après la véritable identité de son héroïne. Une extraterrestre catapultée dans notre monde, alors qu’elle combattait les Skrull, le peuple ennemi des Kree. Réveil brusque, au beau milieu d’un vidéoclub, en 1995. Après avoir déchiqueté le « personnage cartonné » d’Arnold Schwarzenegger de True Lies et tiqué sur le VHS de L’Étoffe des héros, Carol atterri en zone inconnue. Enfin pas tout à fait, puisqu’elle recouvre la mémoire grâce à des bribes de souvenirs. Sous l’impulsion de Talos (Ben Mendelsohn), elle est disséquée par l’ennemi Skrull dans une ingénieuse séquence qui remonte de son enfance à sa vie de pilote.

Action desservie par une narration lourdingue

Entraînée par son mentor Yon-Rogg (Jude Law), Carol est en réalité prisonnière, programmée pour combattre la mauvaise cause. Elle s’est faite capturée après un crash avec la défunte et mystérieuse Wendy Lawson (Annette Bening). Depuis là tout s’est enchaîné. Un voyage à travers l’univers, à travers les combats intergalactiques. Et chose cocasse, même loin de nos contrées, le terrorisme fait rage. Même si le film répand son propos féministe un peu partout, à la manière de Wonder Woman, le spectre du terrorisme est bel est bien présent. « Nous ne sommes pas des terroristes, nous sommes des réfugiés » martèle Talos, pour se défendre des agissements du peuple Skrull. Mais alors, qui sont les méchants et les gentils ? Inutile de préciser qui est qui.

Photo copyright : Chuck Zlotnick / Marvel Studios 2019

Une narration lourde, une action desservie par des discours sur le courage et l’abnégation. Un récit manquant de dynamisme, visuellement avec quelques effets réussis, mais majoritairement fade, Captain Marvel s’étire pour ériger une héroïne sans intérêt et quelconque. Les coulisses des combats qui font rage au milieu des différentes planètes, tout ça n’est que poudre aux yeux pour combler de grosses lacunes scénaristiques. Le facteur positif nous vient de la belle Brie Larson, plutôt convaincante dans le costume de guerrière, loin de ses standards habituels, et de son acolyte Samuel L. Jackson, dans la peau de l’agent S.H.I.E.L.D, Nick Fury. La dimension humoristique propre à Marvel provient surtout de l’acteur, et pour le coup rafraîchit physiquement.

Loin du film féministe référence annoncé, Captain Marvel n’arrive jamais à prendre de la hauteur. De l’action molle, quelques bonnes blagues, un casting correct en général. Le duo de réalisateurs Anna Boden et Ryan Fleck – les auteurs de l’excellent Half Nelson – ne réussissent pas à exploiter pleinement la guerrière, manquant de personnalité. Un nouveau volet Marvel qui ressemble à beaucoup d’autres, coupable de longueurs, fautif sur une lente mise en place pour préparer le grand affrontement final. Suivez mon regard… Avengers : EndGame. Captain Marvel en roue libre, consciente de sa main mise sur son public, mais n’utilisant jamais ses super-pouvoirs à bon escient.

Casting : Brie Larson, Jude Law, Ben Mendelsohn, Samuel L. Jackson, Clark Gregg, Gemma Chan, Lee Pace, Annette Bening

Fiche technique : Réalisé par : Anna Boden, Ryan Fleck / Date de sortie : 6 mars 2019 / Durée : 124 min / Scénario : Anna Boden, Ryan Fleck, Geneva Robertson-Dworet / Photographie : Ben Davis / Musique : Pinar Toprak / Distributeur suisse : Disney