Search for content, post, videos

Barry Seal : American Traffic : Tom Cruise s’amuse avec les instances fédérales

Photo copyright : Universal Pictures

L’histoire de Barry Seal a de quoi faire hérisser les poils. Blanchisseur d’argent, trafiquant de drogues et d’armes, et pilote d’avion brillant. Un homme multitâches à la vie stupéfiante qui, devant la banalité de son boulot de pilote de ligne à la TWA, décide de céder aux sirènes de CIA et à la généreuse demande de Pablo Escobar, Jorge Luis Ochoa et Carlos Lehder. Ou pour faire simple : le cartel de Medellin. De l’Arkansas à la Colombie en passant par le Nicaragua, Barry Seal se moque des autorités, des instances fédérales qui se marchent dessus pour l’écrouer rapidement. Vu comme un hors-la-loi, Seal a su jouer, avec malice, avec tout le monde pour s’enrichir à ne plus savoir où mettre ses billets verts.

Nouvelle collaboration entre Tom Cruise et Doug Liman

Dans le costume du pilote chevronné, Tom Cruise s’en donne à coeur joie et délivre la marchandise. Dans tous les sens du terme. En faisant équipe une nouvelle fois avec Doug Liman, l’acteur américain s’amuse comme un petit fou dans un rôle qui lui sied ma foi parfaitement. En s’amusant à se jouer du système – quoi de mieux que d’avoir la CIA comme couverture -, il passe sans cesse à travers les mailles du filet. En portant le surnom de « Crazy Gringo », Cruise se fond dans le personnage un peu barré et clinquant que Seal semblait être.

Photo copyright : Universal Pictures

Parce que derrière l’amusement et les fêtes démesurées que le cartel de Medellin donnaient, il y a un véritable aspect politique. Doug Liman en parle à travers son film, comme le fait la série The Americans dans un autre genre. Une politique bien ancrée, mais tournée en dérision grâce à la surprenante existence de Barry Seal. Un genre de métrage comique, mais très sérieux dans son fond. En pointant du doigt les largesses des autorités – une scène en particulier en est la parfaite illustration -, Liman met en lumière l’idiotie de la politique tant étrangère qu’américaine, et la tourne en dérision pendant près de 2 heures.

Divertissement qui fonctionne

Barry Seal : American Traffic est calibré pour divertir et le problème, c’est qu’il en est conscient. Très carré, formaté pour vous tirer quelques rires par-ci par-là, la suite est sans surprise. Doug Liman fonce tête baissée dans une comédie un peu loufoque, même si l’histoire est vraie, avec son lot d’absurdités. Le divertissement fonctionne, on se laisse capter et entraîner avec un plaisir coupable. La fameuse part de gâteau pour la route. L’anti-héros qui vole de ville en ville, de pays en pays, avec des valises débordantes de dollars. Le tableau a de quoi faire rire, surtout quand on sait que les opérations sont sous couvert du gouvernement américain. Ne serait-ce pas le seul véritable enjeu du film ? Non, pas uniquement, car Tom Cruise semble revivre devant la caméra de Liman.  Avec un personnage de la trempe de Barry Seal, la frontière entre la fiction et la réalité est mince. Un genre de War Dogs en plus mature, serait-on tenté de dire.

Casting : Tom Cruise, Sarah Wright, Domhnall Gleeson, Jesse Plemons, Caleb Landry Jones, E. Roger Mitchell, Lola Kirke, Alejandro Edda

Fiche technique : Réalisé par : Doug Liman / Date de sortie : 13 septembre 2017 / Durée 110min / Genre : Biopic, Thriller / Scénario : Gary Spinelli / Musique : Christopher Beck / Photographie : Cesar Charlone / Distributeur suisse : Universal