Search for content, post, videos

Atomic Blonde : Charlize Theron se déchaîne en terres berlinoises

Remballez vos playlists. Exit John Wick et laissez place à Lorraine Broughton alias Atomic Blonde. Une percée dans la guerre froide, entre le Berlin est et ouest délimités pas le fameux Mur de Berlin. Là, dans le climat underground berlinois, l’agent du MI6 entre sur un terrain miné pour faire la lumière sur un dossier brûlant. Mais les rencontres fortuites et les relations instables qu’elle entretient avec plusieurs autres agents pousseront la belle blonde à se dévoiler et à survivre dans les quartiers austères de la ville en pleine reconstruction.

Photo copyright : Universal Pictures

Visage tuméfié et traits tirés, l’agent Broughton (Charlize Theron) n’est pas à son avantage alors qu’elle se fait cribler de questions dans un interrogatoire pour éclaircir les zones d’ombre de sa mission dans la capitale allemande. Faisant face à Gray (Toby Jones), son supérieur, et un étrange agent de la CIA (John Goodman), elle déballe l’histoire dans ses moindres détails. Son association avec David Percival (James McAvoy), ses affinités avec James Gascoine (Sam Hargrave) et sa rencontre torride avec Delphine Lassalle (Sofia Boutella). Les ingrédients sont nombreux, les bastons sont violentes et sanglantes. Le cocktail gagnant pour le film d’action furieux.

Un uppercut signé David Leitch

Dans son développement, Atomic Blonde porte bien son nom. La beauté plastique de Theron, les fulgurances et le rythme soutenu font l’effet d’une bombe…atomique. Tout est prétexte pour que le récit s’embrase à la moindre occasion. Un film explosif qui prend son essence dans cette ambiance glaciale et frigide d’une Allemagne morcelée. Là, les Russes, les Britanniques, les Berlinois se font la guerre, des coups fourrés sur fond d’espionnage. Rien que l’arrivée en terres allemandes, pour Lorraine, sera mouvementée dès sa sortie du terminal. Prise de contact sportive entre l’agent britannique et deux agents russes. La machine est lancée, Atomic Blonde part sur des bases à la manière d’un John Wick, en mieux.

Photo copyright : Universal Pictures

Et dans cette embardée infernale, il y a Charlize Theron. Fantomatique dans le dernier Fast & Furious, la plantureuse actrice redore son blason, arborant le véritable visage d’une star du cinéma d’action. Son regard perçant et ses réponses furtives sont à l’image de son tempérament explosif. Furieuse et sensuelle, elle nous magnétise par sa beauté et nous paralyse par son agressivité. On ne l’avait plus vu autant à son avantage depuis Mad Max ou Young Adult. Outre Charlize Theron, James McAvoy campe le partenaire de Lorraine Broughton, David Percival. Plutôt du genre allumé, le chef de l’antenne britannique dans la cité berlinoise est imprévisible, connaissant tous les recoins de la ville. Un rôle qui sied à merveille à l’acteur, très proche du rôle de flic ripou qu’il avait interprété dans Filth (2013). Et comment ne pas parler de Sofia Boutella, nouvelle coqueluche française du cinéma américain. Après La Momie, la voilà dans la peau d’une espionne pour les services de renseignements tricolores, amante occasionnelle de Lorraine et empêtrée dans ce calcul meurtrier.

Agent double et trahisons à gogo

Adapté du roman graphique d’Antony Johnston et Sam Hart, Atomic Blonde n’est pas qu’une valse de coups de poing, mais aussi un enchevêtrement d’espions qui se rencontrent et s’éliminent tour à tour. La confiance n’existe pas, tout le monde la joue solitaire. Mais la grande question est : qui est ce foutu traître ? Ce jeu de faux-semblants reste imprévisible, même si cette vérité passe en second plan au vu de la mise en scène axée sur une foule de cascades. Une réalisation judicieuse comme ce (faux) plan-séquence d’un combat acharné entre Lorraine et une horde de russes enragés. Et cette maîtrise esthétique qui plaît au premier regard. Le film d’action fun par excellence.

Si Atomic Blonde ne va pas réinventer le genre du thriller d’espionnage comme John Le Carré l’apprécie, il a au moins l’avantage de vous embarquer dans un trip furieux qui recèle de personnages déglingués. Mais la grande force d’Atomic Blonde, c’est l’emploi de cette bande-son endiablée qui capte cette frénésie violente, voire délirante. Une espionne en cuissardes qui déclasse la concurrence. David Leitch – cascadeur chevronné et réalisateur de John Wick – a le mérite de réaliser une oeuvre survitaminée et rugueuse.

Casting : Charlize Theron, James McAvoy, Sofia Boutella, Toby Jones, Bill Skarsgard, John Goodman, Eddie Marsan, James Faulkner, Til Schweiger, Sam Hargrave

Fiche technique : Réalisé par : David Leitch / Date de sortie : 16 août 2017 / Durée : 115min / Genres : Action, Espionnage / Scénario : Kurt Johnstad, Antony Johnston, Sam Hart / Musique : Tyler Bates / Photographie : Jonathan Sela / Distributeur suisse : Universal Pictures