Search for content, post, videos

Agnes Obel : spleen lumineux et ensorcellant

Une fine silhouette s’avance sur la scène. Habillée de blanc, elle laisse échapper ses premières notes dans une ambiance qu’on pourrait qualifier d’intime. Entourée de trois musiciennes, aussi vêtues de blanc, Agnes Obel démarre timidement, pour illuminer de son spleen caractéristique la salle Métropole de Lausanne.

En pleine tournée européenne pour présenter son nouvel album paru le 21 octobre dernier, l’artiste danoise prend peu la parole, donnant presque l’impression de ne pas vouloir déranger un public envoûté par la beauté froide de la chanteuse. Le charme opère, les morceaux de Citizen of Glass, son somptueux dernier album, se succèdent. La Danoise profitera de l’occasion pour présenter une version remodelée de « Golden Green » et nous éblouira avec « It’s Happening Again », ou encore avec la sublime interprétation de « Stone ».

Douceur, mélancolie, splendeur

En mélangeant son second opus (Aventine) et son dernier, Agnes Obel allie splendeur et retenue. Savamment dosé, ce cocktail délicat peut être interprété comme une prestation minimaliste mais la maestria de l’artiste de 36 ans est un pur délice auditif. Plus le concert avance, plus la voix suave de la nordique hante la salle lausannoise, provoquant un sentiment d’apesanteur.

Epuré, magnétique par instants, Obel et ses trois musiciennes déballent une performance réglée comme du papier à musique. Le tout peut sembler un peu ennuyeux tant la prise de risque est inexistante mais cette puissance que dégagent ces quatre femmes est remarquable au vu des mélodies douces. Les yeux rivés, l’assemblée reste fascinée par cette lueur mélodique au milieu d’une scène plongée dans la pénombre à laquelle s’ajoute un joli jeu de lumières.

La salle Métropole s’est figée le temps d’un concert. Agnes Obel, derrière son piano, nous a transporté dans un espace-temps d’un charme féérique, où chacune des notes nous rendent admiratifs. Tout simplement béats devant l’envolée lyrique, la chair de poule envahissante, nous sommes hypnotisés par cette magnificence glaciale.

agnesobel.com