Search for content, post, videos

After Life : l’ascenseur émotionnel signé Ricky Gervais

Photo copyright : Netflix

Le troublion britannique revient dans un registre peu habituel pour lui. Ricky Gervais signe une nouvelle série comico-dramatique pour le compte du géant rouge Netflix. Une série bourrée de personnages touchants et émouvants, un ascenseur émotionnel qui nous a fait passer un bon moment.

Et on ne l’attendait pas là puisque si vous connaissez Ricky Gervais, vous n’êtes certainement pas passés à côté du fait qu’il ne fait pas franchement dans le pathos en général. À priori donc très étonnant quand, sur papier, on lit que la série qu’il a créée, écrite, réalisée et dans laquelle il tient le rôle principal traite du deuil et de la mort, d’un homme au bord du gouffre suite au décès de sa femme. Et pour ceux qui ne seraient pas encore familiers avec le type en question, Ricky Gervais est célèbrissime outre-Manche. En effet, le Britannique est connu pour ses spectacles de stand-up plutôt relevés, mais a véritablement connu le succès avec son rôle dans The Office (série anglaise diffusée en 2001), qu’il a aussi créée et écrite, en tout bon control freak qui se respecte. Son personnage dans Extras (série diffusée en 2005), ou encore son rôle de Dr McPhee, dans la trilogie La Nuit Au Musée vous rappelleront peut-être quelque chose. Mais Ricky Gervais est surtout célèbre pour ne pas avoir la langue dans sa poche. Après avoir disparu des planches durant 7 ans, il revient en 2018, toujours sous l’égide de Netflix, avec un stand-up intitulé Humanity. Un spectacle dans lequel le provocateur fait ce qu’il fait de mieux : faire rire le public avec des blagues bien senties, grinçantes et cyniques, sans langue de bois, jamais. Ces mêmes blagues qui en avaient fait rire jaune plus d’un aux Golden Globes en 2016, alors qu’il présentait la fameuse cérémonie.

Photo copyright : Netflix

Des personnages hilarants et des bons sentiments

C’est donc peu dire qu’avec After Life Ricky Gervais surprend. L’histoire se concentre sur Tony (Ricky Gervais), veuf depuis peu et qui ne parvient pas à surmonter la mort de sa femme qu’il a tant aimé. Il décide de se ficher de tout, de parler comme il pense, de dire ce qu’il veut à qui il veut, sans filtre aucun. S’acharner sur les autres pour exorciser sa douleur. Il appelle ça son « super-pouvoir ». Il sait que son issue est proche, il a déjà planifié son suicide, mais son chien l’a finalement dissuadé de s’ôter la vie. Une deuxième tentative n’aura pas plus de succès, son chien toujours à l’affût. Avec son air bonhomme, sa bedaine, son pantalon de jogging, il exaspère autant qu’il émeut, surtout sur son lieu de travail. Journaliste dans la petite gazette gratuite locale dirigée par son beau-frère Matt (Tom Basden), il est entouré de Kath la nunuche binoclarde (Diane Morgan) ou encore Lenny le glouton (Tonny Way), ses collègues qui tentent chacun un à leur façon de réconforter Tony. C’est peine perdue à première vue.

Une prostituée rencontrée au coin de la rue en guise de femme de ménage, un thérapeute lui-même un brin psychopathe, un junkie censé distribuer le journal gratuit mais qui n’en fait rien, une vieille dame rencontrée au cimetière, un papa souffrant de démence sénile et à la parole salasse facile ou un petit roux obèse, terreur des cours de récré, After Life regorge de personnages hilarants et désarmants. Entre cynisme et sensibilité, After Life ne cesse de faire le grand écart et nous fait passer du rire aux larmes en un claquement de doigts. Un ascenseur émotionnel efficace. Et si l’intention initiale était bonne, on ne peut s’empêcher d’y voir malgré tout un paquet de bons sentiments trop convenus et étonnants de la part de Ricky Gervais, maître de l’humour politiquement incorrect. Ce qui commençait comme une comédie ultra-noire, se foutant des discours convenus sur le deuil, la mort et la bienséance, se clôt sur une note bien trop prévisible, comme si l’humoriste tentait de faire la paix avec lui-même, s’adoucissant petit à petit. En soi, rien de bien dramatique non plus car la série reste néanmoins drôle à souhait grâce à ses personnages hilarants, ses situations cocasses, ponctuées de jolies blagues au vitriol, hypocrisies et autres langues de bois laissées de côté. 6 épisodes de 30 minutes avalés d’une bouchée et qu’on a plutôt très bien digérés.

Casting : Ricky Gervais, Tom Basden, Diane Morgan, Tonny Way, Mandeep Dhillon, David Bradley, Ashley Jensen, Kerry Godliman.

Fiche technique : Créée par : Ricky Gervais / Réalisée par : Ricky Gervais / Chaîne : Netflix / Diffusion : 8 mars 2019 / Format : 6 épisodes – 30 min