Search for content, post, videos

Action ou Vérité ne dépasse pas le niveau bac à sable

Ils ont beau nous appâter en nous balançant le nom du producteur de Get Out, on est à des années lumières du niveau présenté par l’oeuvre signée Jordan Peele. Action ou Vérité est le métrage type qui remplira les salles grâce à des ados en mal de sensations fortes, adeptes d’un cinéma dit pop-corn, où les différents réseaux sociaux sont cités toutes les deux minutes pour combler la faiblesse des dialogues.

Pour bien débuter, notre équipe d’étudiants branchés décide de filer au Mexique pour le… spring break. Une réunion de jeunes universitaires parés à se biturer et dans laquelle Olivia (Lucy Hale) rencontre Carter (Landon Liboiron), un mec accoudé seul au bar qui lui propose de terminer la soirée dans un autre lieu. Bien entendu, elle le suit et entraîne sa bande d’amis dans un château à l’abandon. Carter propose de jouer à action ou vérité pour pimenter la fin de soirée. Tout le monde se prête au jeu et sombre dans le cauchemar. Impossible d’échapper à la vérité autrement c’est la mort qui attend nos jeunes joueurs.

C’est mauvais, inutile d’en dire plus

Le portable collé à la main, les photos Snapchat ou autres vidéos Instagram pleuvent. Action ou Vérité est une vraie purge, un récit ennuyeux et mauvais. Malgré les sourires légèrement terrifiants, les jump scares sont prévisibles et convenus. Rien d’innovant. Les enjeux n’intéressent plus, l’ennui prend le dessus. La construction du jeu – d’une banalité – et du film est à l’image de notre ère : articulé comme un film à consommer sans véritablement chercher à modeler une histoire audacieuse et divertissante. Structurellement, Action ou Vérité est aussi paresseux que vide. Un modèle vu, vu et revu. « Ouais mon gars, tu dois dire la vérité autrement tu vas claquer ! Faut toujours dire la vérité les enfants ! » Voilà la vraie morale de l’histoire, arrangée comme des noix sur un bâton.

Structurellement, Action ou Vérité est aussi paresseux que vide

Nous pourrions presque y voir un retour en arrière. Vous vous rappelez de votre maman qui vous répétait sans cesse de ne pas répondre au méchant monsieur qui propose des bonbons. La légende urbaine à la sortie des classes quand on était haut comme trois pommes. Olivia, elle, n’a pas écouté la petite voix intérieure, celle de sa chère maman qui lui avait pourtant bien expliqué tout ça lorsqu’elle était petite. C’est vrai que ça prête à rire, mais c’est le véritable niveau intellectuel de cette nouvelle production estampillée Blumhouse.

Les petites cachoteries, une scène de sexe qui n’a rien à faire là et un énorme secret – c’est ultra lourd, on vous le jure. Action ou Vérité est un condensé de « problèmes d’ados » qui raviront les amateurs de cinéma calibré pour ceux qui n’ont aucune envie de faire marcher leur cerveau dans une salle obscure, avides d’arnaques telles que Paranormal Activity. Une soirée arrosée qui fera place à une extermination entre amis désemparés. L’amitié plus forte que tout malgré la mort qui rôde. Certes. Vous voulez la vérité ? Une grosse arnaque.

Casting : Lucy Hale, Tyler Posey, Violett Beane, Hayden Szeto, Landon Liboiron, Sophia Taylor Ali

Fiche technique : Réalisé par : Jeff Wadlow / Date de sortie : 2 mai 2018 / Durée : 100 min / Scénario : Michael Reisz, Jillian Jacobs, Jeff Wadlow, Chris Roach / Photographie : Jacques Jouffret / Musique : Matthew Margeson / Distributeur suisse : Universal